Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

 Le groupe vocal R & B 'The Four Tops' sur la scène du théâtre Apollo à New York, en 1964. Ronaldo 'Obie' Benson, Abdul 'Duke' Fakir, Lawrence Payton, Levi Stubbs.
Le groupe vocal R & B 'The Four Tops' sur la scène du théâtre Apollo à New York, en 1964. Ronaldo 'Obie' Benson, Abdul 'Duke' Fakir, Lawrence Payton, Levi Stubbs. © Getty - Don Paulsen

Quel est le tube le plus rapide de l’histoire de l’industrie musicale ?

Diffusion du jeudi 15 novembre 2018 Durée : 5min

Une chanson enregistrée, mixée, et livrée chez les disquaires en 24 heures, nous sommes en 1965 aux Etats-Unis. Ce titre c'est "It's the same old song".

Début 71 Claude François cartonne au Canada avec « Un Homme libre », une chanson qui, pourtant, passe quasi inaperçue en France. Il est alors vital pour l’artiste d’enregistrer, avant de rentrer à la maison,  un nouveau 45 tours imparable, du genre à laminer les ondes et les hits parades. Avec son complice compositeur Jean Pierre Bourtayre, il fait un crochet par Chicago où ensemble ils réservent un studio dans la mythique Tamla Motown. Dans cette usine à tubes où sont passés Stevie Wonder, les Jacksons, ou encore Diana Ross et les Suprêmes, notre Cloclo national enregistre « C’est la même chanson » sous la direction du gourou maison Henry Cosby.  

6 ans plus tôt, en 1965,  la version originale « It’s the same old song » des Four Tops avait déjà flirté avec les premières places des Charts. Pour la petite histoire, cette chanson enregistrée, mixée, et livrée chez les disquaires en 24 heures, est un copié/ collé de « I Can’t help myself » le premier 45 tours du groupe  qui quelques mois plus tôt culminait au sommet des ventes. Lamont Dozier le compositeur a raconté que « It’s the same old song » est la même mélodie que « I can’t help myself » mais prise à l’envers.

Dans la série c’est le grand bazar au pays des hits parades, il faut savoir que la version de Claude François n’est pas la première adaptation française de ce tube des Four Tops. Bien avant lui, Sylvie Vartan l’avait déjà emprunté pour emballer les copains. C’était en 67 et la toute jeune madame Hallyday faisait vibrer le Juke Box avec « Moi je danse ». 

Quand, bien plus tard, Rod Stewart rend hommage aux légendes de la Soul Music et du rythme and blues, il ne peut passer à côté de ce tube des Four Tops sorti en 1965. Réalisé, commercialisé et programmé sur les ondes en 24 heures, il reste comme le hit le plus rapide de l’histoire de l’industrie musicale, Indestructible aussi, puisque près de six décennies plus tard, il fait toujours le régal des crooners de tous bords.