Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

 Rick Astley en 1988 à New York City.
Rick Astley en 1988 à New York City. © Getty - Peter Carrette

Rick Astley, les sandwiches du succès

Diffusion du lundi 10 décembre 2018 Durée : 5min

Salut les p’tits clous, nous sommes de retour au cœur de la décennie 80 avec « Never give you up » du sémillant Rick Astley.

5 fois Numéro Un du Top 40 anglais, cette production labialisée Stock Aitken et Waterman est en Grande Bretagne le plus gros carton de l’année 1987.

10 ans plus tard, vous l’aviez peut être oublié, les 2 Be 3, qui n’étaient toujours pas partis un jour, ont osé une adaptation française, retrouvée quasi intacte au 25ème sous sol de l’immense discothèque de Pop Story.

J’imagine que cette sautillante mélodie fait remonter à la surface, chez certaines fans, grandies en pleine vague Boys bands, des tonnes de souvenirs. Mais parmi tous ceux qui ont voulu reprendre cette chanson incontournable de nos années Top, il y a aussi de vieux routiers à la carrière tannée et polie par un demi siècle d’activité. Comme Barry Manilow, à qui l’ont doit entre autre « Copacabana » tube planétaire de la décennie 70 et qui a tenté son come back avec « Never give you up ».

Avant d’enregistrer « Never Give you up » et de devenir le phénomène de l’année 87, Rick Astley travaillait comme assistant dans les studios du trio magique Stock Aitken et Waterman. Il tapait à la machine, préparait les sandwiches et servait le café, alors que nos trois producteurs alignaient les N°1 pour Kylie Minogue, Bananarama ou le duo Mel et Kim. Et puis un jour, pour remercier ce jeune homme qui savait si bien préparer le thé, Stock Aitken et Waterman lui ont proposé d’enregistrer ce titre, aujourd’hui incontournable de nos années 80.