Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

Le groupe Starship avec, de gauche à droite : Craig Chaquico, Donny Baldwin, Mickey Thomas, Grace Slick et Pete Sears.
Le groupe Starship avec, de gauche à droite : Craig Chaquico, Donny Baldwin, Mickey Thomas, Grace Slick et Pete Sears. © Getty - Lynn Goldsmith

Starship : une permanente et je chante

Diffusion du vendredi 9 novembre 2018 Durée : 5min

Star Ship et sa chanteuse Grace Slick, considérée depuis les années 60 comme le premier fantasme sexuel de l’histoire du Rock.

Si vous n’êtes pas de cette génération de You tubeurs hyper connectés, peut être que le nom de Chase Holfelder ne vous dit pas grand chose. Pourtant les vidéos de ce compositeur comptent plus de 30 millions de vues sur la toile, à tel point qu’aujourd’hui, il est un des producteurs les plus courtisés par les jeunes stars de l’industrie musicale. Sa spécialité ? Adapter à sa manière les standards de la pop comme « Nothing gonna stop us now » une reprise qui va certainement remuer la boîte à souvenirs d’une autre génération, celle des années 80.

Sortie en 1987 la version originale de « Nothing gonna stop us now » par le groupe Starship culmine très vite à la première place des Charts américains et du Top 40 anglais. 

Chez nous, la chanson pointe à la 16ème place loin derrière Vanessa Paradis et son fidèle Joe, avant de revenir interprétée par le duo formé de Bonnie Tyler et Albert Hammond.
Albert Hammond qui accompagne Bonnie Tyler dans ce duo est  l’auteur de « Nothing gonna stop us now », et comptait à l’époque,  Whitney Houston ou Tina Turner parmi ses artistes fétiches. Et les accrocs du Dance Floor ne manqueront pas de rappeler que la version électro boum boum de DJ Space featuring Angelica a pas mal secoué les charts au début des années 2000. 

C’est dans une scène du film « Mannequin » de Michael Gottlieb que l’on découvre « Nothing gonna stop us now ». Si le film n’a laissé aucune trace dans l’histoire du 7ème art, la chanson en revanche, aura connu un succès planétaire et contribué au grand retour de Starship. Formé à San Francisco en 1965 sous le nom de Jefferson Airplane, le groupe a connu pas mal de mutations avant de devenir le Jefferson Starship puis Starship, mais toujours avec sa chanteuse Grace Slick, considérée depuis les années 60 comme le premier fantasme sexuel de l’histoire du Rock.