Les séries France Bleu

Pop Story

Du lundi au vendredi à 15h50

Marcel Mouloudji le 28 mars 1989.
Marcel Mouloudji le 28 mars 1989. © Getty - Suzanne Rault Balet

Un jour tu verras

Diffusion du mardi 14 mai 2019 Durée : 5min

A la fin des années 1920, Marcel Mouloudji, connait une enfance miséreuse dans cette chambre de bonne, qu’il partage avec son frère, son père d’origine kabyle et sa mère bretonne qui sera très vite internée pour trouble mental.

Mais le petit Marcel est un doux rêveur, un peu poète, repéré dès l’âge de 14 ans par des artistes militants du Front populaire. Plus tard, épaulé et soutenu par le Paris des arts et des lettres, l’ex vendeur d’orange du quartier de Belleville écrira quelques textes, parmi les plus doux de notre répertoire.

Avec « Un jour tu verras » sortie en 1954 et après avoir cueilli de gentils coquelicots, Mouloudji récolte les honneurs rendus par le public et la critique.  Depuis cette romance qualifiée d’intemporelle est entrée au panthéon de la chanson française et a connu de prestigieux courtisans comme Claude Nougaro qui très affectueusement qualifiait Mouloudji de "Kabyle de la butte".

Au moment de sa sortie, « Un jour tu verras » berce l’enfance ou l’adolescence des futures idoles des années 60.  Comme jacques Dutronc le plus dilettante et déconneur des "yéyés" qui reprendra, un peu à la surprise générale, cette chanson romantico sentimentale. Pour expliquer cette reprise le fumeur de cigare et éleveur de chats dira simplement : "Mouloudji était un homme formidable, c’était un Monsieur".

60 ans après la sortie de « Un jour tu verras » en 2014, Annabelle la fille de Mouloudji est à l’initiative d’un album hommage rendu par le gratin de la pop hexagonale. Avec Alain Chamfort elle enregistre cette douce romance qui est un peu le dernier succès populaire de son papa poète.  En effet quelques mois plus tard Mouloudji enregistre le déserteur de Boris Vian qui rendra fou de rage les politiques et les militaires pas encore remis de leur défaite en Indochine et en partance pour l’Algérie. A cause de ce brûlot le chanteur sera banni de la scène et des ondes, bien pensantes, de la radio télévision française.