Replay du mardi 30 octobre 2018

Une première histoire de coeur

« Je crois que je n’ai chanté de plus belles chansons d’amour » Voilà comment Elton John, lors des concerts présente sa chanson « Your Song ».

Le chanteur Billy Paul en concert.
Le chanteur Billy Paul en concert. © Getty - Steve Grayson

En 1967 son auteur et alter égo Bernie Taupin n’a que 17 ans lorsqu’il griffonne sur la table de la cuisine de la maman d’Elton ce texte innocent et candide inspiré de sa première histoire de cœur. Elton mettra à peine plus d’un quart d’heure pour coucher une partition sur ce poème de jouvenceau. Le 23 janvier 1971, « Your Song » est le tout premier titre d’Elton John classé dans le Top 40 anglais.

L’auteur Bernie Taupin n’a jamais voulu dire à qui était adressé ce texte d’amour de la post adolescence... le mystère demeure. Elton John n’est pas le premier à enregistrer « Your Song », en 1967 le plus excentrique des chanteurs anglais assure les premières parties du groupe américain les « Three dog Night ». Ce trio qui s’est spécialisé dans les reprises de standards, glisse dans son album « It ain’t easy » paru en 70 la douce mélopée de nos deux jeunes britanniques. A la demande du groupe et malgré le potentiel de « Your Song » cette version n’est jamais sortie en 45 tours.   

Pour son album de reprises « 5000 km » sorti dans les bacs en 78, Michel Delpech adapte quelques monuments des hits parades Anglo-Américains : James Taylor, Graham Nash, Paul Simon, et bien sûr Elton John dont il traduit assez fidèlement « Your Song » qui devient chez nous « C’est ta chanson ».

 Un demi siècle après sa création, « Your Song » a été repris des centaines de fois et adapté à peu près partout dans le monde. Nicole Kidman, Harry Connick Junior, et plus récemment Lady Gaga ont rendu l’hommage que mérite cette chanson signée Bernie Taupin et Elton John.   Petite parenthèse People et têtes couronnées, lors de leur mariage, Kate et William ont ouvert le bal avec la version de la jeune artiste anglaise Ellie Goulding. Mais c’est, sans doute, avec beaucoup de tendresse et une pointe de nostalgie que les ados des années 70 redécouvre cet enregistrement du regretté Billy Paul.

Mots clés: