Replay du jeudi 24 septembre 2020

Piquer un fard, être rouge comme une tomate : pourquoi rougissons-nous ?

- Mis à jour le

Être rouge jusqu'à la pointe des oreilles, ça commence dans l'enfance mais parfois ça dure au-delà de l'adolescence. Comment agir sur le rougissement ?

Ce singe s'en fiche de rougir : c'est sa couleur naturelle !
Ce singe s'en fiche de rougir : c'est sa couleur naturelle ! © Getty - TCYuen

Il suffit d'une réflexion qui nous met mal à l'aise et paf ! Notre visage s'empourpre jusqu'à l'écarlate. D'où une deuxième couche de rougeur car nous avons conscience d'être pivoine. Et pour peu qu'on nous dise "ah tu as rougi" alors là c'est le bouquet, couleur betterave-coquelicot...

C'est une émotion qui est à l'origine de notre état, un afflux de sang (d'autant plus visible que nous avons la peau blanche) qui fait ressembler notre système veineux à une carte de départ en vacances au 15 août.

Julie Lancel coach en développement personnel avoue avoir été une grande rougisseuse.  L'adolescence et son explosion d'hormones, le manque de confiance en soi qui caractérise cette période de la vie sont un terrain à rougissements.

Que faire pour enrayer le phénomène ? Respirer pour se calmer est une première chose. Si le rougissement s'installe à l'âge adulte, il peut conduire certaines personnes fragiles dans leurs relations sociales à s'isoler. Mais s'isoler est contre-productif : plus nous nous isolons et moins nous sommes à l'aise en société.

Alors il faut se lancer, affronter les situations nouvelles que la vie nous propose.  Faire du théâtre est l'une des solutions que nous recommande Julie. 

Et ne pas perdre de vue que chaque situation nouvelle est une aventure dont nous sortons souvent vainqueurs. De quoi rougir... de plaisir.

Mots clés: