Replay du jeudi 15 octobre 2020

Se souvenir des bons moments de la journée, une technique pour aller mieux ?

- Mis à jour le

Et si le soir nous passions en revue les moments agréables de la journée ? Rires d'enfants, collègue de bonne humeur, petit plat dégusté en paix...

Se souvenir des rires d'enfants
Se souvenir des rires d'enfants © Getty - Petri Oeschger

Julie Lancel, coach en développement personnel, nous raconte comment le fait de s'habituer à se souvenir de trois bons moments chaque jour permet d'instaurer une routine positive dans notre vie.

Quels bons moments ?

Soyons clairs : nous ne décrochons pas le job de nos rêves chaque jour, mais nous vivons tous les jours des petits instants de pure apesanteur. La complicité avec un collègue qui a permis de boucler ce dossier, le rire de la boulangère quand elle nous a vu entrer avec le parapluie nounours volé à notre petit dernier, le regard échangé avec ce bel inconnu à l'arrêt de bus, le parfum de cette rose... Si on prend le temps d'y réfléchir, ces petits détails existent. L'idée est de les mettre en lumière.

A quel moment faut-il se remémorer ces trois instants sympas ?

Le soir, pas forcément au coucher, ça peut se passer au moment du dîner. Autour de la table, le fou rire vécu dans la journée peut se raconter et offrir une deuxième rasade de rigolade. Chacun pourra ainsi raconter son événement positif de la journée. Mais il est important de noter pour soi ses précieux trois moments agréables.

Pourquoi écrire ses souvenirs de petits bonheurs ?

En les écrivant, nous les revivons et nous nous offrons une deuxième couche de sourire et de détente. En les couchant sur un papier de couleur, nous pouvons petit à petit remplir un bocal dédié "aux bons moments". Comme ça, en cas de coup de mou, nous pouvons piocher et retrouver des saveurs agréables qui nous feront du bien.

Pour installer une routine et qu'elle fasse partie de notre existence Julie nous dit qu'il faut compter 21 jours. Mais que se rappeler un bel instant fait du bien dès le premier jour.

Mots clés: