Replay du mardi 22 juin 2021

Un coiffeur apprend t-il en formation à converser avec les clients ?

- Mis à jour le

Ça n'a l'air de rien mais une discussion pénible à supporter peut vous faire fuir le salon alors qu'un pro qui a de l'humour vous verra revenir. Disons qu'à qualité de coupe égale : la conversation peut faire la différence.

Conversation sympa ou subie ?
Conversation sympa ou subie ? © Getty - JAG IMAGES

Aujourd'hui c'est jour de coiffeur et vous n'avez pas envie de parler, juste envie de vous laisser faire et de passer un bon moment. Aïe votre coiffeur a décidé de vous poser des questions sur vos goûts en matière de décoration et d'enchaîner sur ses travaux en cours, avec force détails... Adieu la tranquillité. 

Jérôme Joubert est coiffeur à Poitiers et il nous dit enseigner à ses apprenti(e)s le respect de la cliente (oui il parle toujours au féminin de la clientèle) qui passe par son droit à ne pas avoir envie de parler. A détecter rapidement à son arrivée.

Les sujets à éviter : la politique, la religion. Les sujets porteurs : la météo, les enfants ou petits-enfants, il parait que nous sommes intarissables dans le domaine et les vacances.

Et puis le coiffeur est un peu un psy, disons qu'il reçoit nombre de confidences sur lesquelles il est plus prudent pour lui de ne pas prendre position. Il doit s'exercer au quotidien à la plus grande neutralité.

Et si en fait nous attendions de notre coiffeur qu'il nous écoute sans fausse note, en lâchant un "Hmmm..." de temps en temps ? Pas si simple comme métier. Et alors est-ce qu'ils sont formés à cet aspect de leur profession pendant la formation initiale ? Non. Ah ? On comprend mieux que certains(e)s passent à côté de nos envies.