Prenez soin de vous

Du lundi au vendredi à 9h40

Cannabis thérapeutique
Cannabis thérapeutique © Getty

Cannabis thérapeutique

Diffusion du mardi 3 septembre 2019 Durée : 2min

Alors qu’une demande de légalisation du cannabis a eu lieu cet été, le travail sur le cannabis thérapeutique dont nous avons déjà parlé sur cette antenne se poursuit : le point avec le Docteur Ducassé, notre Doc France Bleu Occitanie.

Un pas majeur vient d'être franchi vers le cannabis sur ordonnance par le groupe de travail de l'Agence Nationale de Sécurité des Médicaments, qui planche sur cette question depuis bientôt un an. Il propose un cadre d'expérimentation qui soit compatible avec un accès pour les patients et une adhésion des professionnels de santé.

Les traitements à base de cannabis pourraient être délivrés dans les situations suivantes : douleurs neuropathiques réfractaires, épilepsies résistantes aux traitements, soins de support en oncologie, soins palliatifs et spasticité douloureuse dans la sclérose en plaques. Autant d'indications où le cannabis commence à faire ses preuves en matière d’efficacité, même si les données sont encore parcellaires. 

Les patients pourraient être de tout âge, la seule contre-indication ferme étant la grossesse.

D'après les éléments communiqués, la "prescription initiale" serait réservée à des spécialistes hospitaliers travaillant dans les cadres suivants : structures de prise en charge de la douleur chronique, centres experts pour la sclérose en plaques et l'épilepsie, services d'oncologie médicale et de soins palliatifs, sans oublier les services de médecine physique et de réadaptation. Ces praticiens volontaires auraient pour responsabilité de sélectionner les patients et d’initier les traitements, qui seraient dispensés en pharmacie hospitalière.

Les préparations de cannabis devraient être disponibles en plusieurs formes, permettant une administration à effet immédiat (comprimés sublinguaux, fleurs séchées ou huile à vaporiser) ou effet prolongé (solution buvable, capsule d’huile). Le cannabis demeurant un stupéfiant au regard de la loi française, la prescription se ferait via une ordonnance sécurisée.

Le dispositif prévoit une deuxième phase dans la prise en charge du patient, qui serait du ressort du médecin traitant. Charge à celui-ci de prendre le relai avec le spécialiste hospitalier, "de façon un peu formalisée", une fois le patient stabilisé. À ce stade, la dispensation pourrait avoir lieu en officine.

Élément central de l’expérimentation : un registre national serait mis en place par l’Agence Nationale et toute prescription devrait obligatoirement y être reportée. Les données de ce registre ont vocation à démontrer l’efficacité et l’innocuité du cannabis médical. 

Quelques "centaines à milliers" de patients seraient concernés par l'expérimentation, calibrée sur deux ans et qui, dans l'hypothèse la plus favorable, pourrait débuter à la rentrée 2019, ce qui permettrait une inclusion des premiers patients avant l'été 2020.

Un détail … un peu cocasse … il faudrait également travailler, en parallèle à cette expérimentation, sur une filière de production française, qui d’après les informations reçues serait … en Creuse.