Toutes les émissions

Prenez soin de vous

Du lundi au vendredi à 9h40

La consultation du jour
La consultation du jour © Getty

Insuffisance veineuse chronique

Diffusion du vendredi 1 février 2019 Durée : 2min

Jambes lourdes, varices, impatiences … ces maux ont-ils un point commun Docteur Ducassé ?

Oui, ils sont regroupés sous le terme général et compréhensible d’insuffisance veineuse chronique qui est donc une affection consécutive à une stase veineuse et qui est fréquente

1.      Ainsi, en France, les manifestations d’insuffisance veineuse toucheraient au moins 12 millions de personnes, dont 8 millions présenteraient des varices. La consultation pour « jambes lourdes » représente 7 % de l’ensemble de la pathologie rencontrée en médecine générale. Pour les varices qui sont des veines devenues dilatées et tortueuses, la cause est souvent multifactorielle (âge, grossesse, sédentarité, station debout prolongée, obésité…), ou secondaire à un syndrome post-thrombotique qui survient chez 20 à 50 % des patients après une thrombose veineuse profonde ;

2.      Les signes les plus fréquents de l’insuffisance veineuse chronique sont peu spécifiques : jambes lourdes ou douloureuses, crampes, démangeaisons ; majorés au cours de la journée, après station debout/assise prolongée, et par la chaleur (ou en été). Ces signes sont améliorés par l’exercice physique, la contention veineuse, la surélévation des membres inférieurs, et le froid (ou l’hiver). D’autres signes sont plus rares : impatiences nocturnes (besoin impérieux de mobiliser les jambes) ; brûlures et rougeur du pied nocturnes, soulagées par le froid, réveillant le patient.

3.      Le traitement repose sur 

•        Des règles hygiéno-diététiques : contrôle pondéral, çàd du poids, lutte contre la sédentarité (exercice, marche), surélévation des membres inférieurs la nuit et des douches fraîches. La patiente évitera les vêtements trop serrés.

•        La compression élastique veineuse qui est le traitement de référence : les modalités sont différentes en fonction du stade de l’IVC et donc l’indication, le choix du type et de la force de compression appartiennent au médecin traitant ou au médecin angiologue

•        Les veinotoniques sont idéalement prescrits en complément de la compression veineuse. Leur utilisation doit se faire de façon discontinue par des cures de courte période. Ils sont particulièrement utiles en été.

4.      Mon conseil : dès l’apparition des premiers signes, n’attendez pas pour consulter votre médecin traitant qui saura vous orienter vers un spécialiste de cette insuffisance veineuse chronique qu’est l’angiologue car prise à temps cette insuffisance veineuse peut être corrigée sans devenir chronique et nécessiter des bas de contention et des médicaments.