Toutes les émissions

Prenez soin de vous

Du lundi au vendredi à 9h40

Jambes d'un lépreux
Jambes d'un lépreux © Getty

Journée mondiale des lépreux

Diffusion du jeudi 31 janvier 2019 Durée : 2min

C’est aujourd’hui la journée mondiale des lépreux. Dites-nous Docteur Ducassé pourquoi parler encore aujourd’hui de cette maladie ancestrale ? N’a-t-elle pas disparue avec nos moyens sanitaires modernes ?

Sachez que l’on comptabilise un nouveau cas de lèpre dans le monde toutes les deux minutes et que donc contrairement aux idées reçues, cette maladie multiséculaire n’est pas éradiquée ! 

L’Organisation mondiale de la santé, qui avait décrété en 2005 que la lèpre n’était plus un problème de santé publique compte tenu de la réduction de la prévalence de la maladie, a dévoilé en avril 2016 une stratégie mondiale de lutte contre la lèpre pour les années 2016-2020. 

Et malgré cela, plus de 210.000 nouveaux cas sont répertoriés cette année toujours selon l’OMS, dont près de 20 % d’enfants de moins de 15 ans et 20 % à 30 % avec des infirmités lourdes. Dans le monde, on compte encore près de 3 millions de lépreux avec des infirmités ou des mutilations. 

Causée par une bactérie très particulière (c’est un bacille décrit par le norvégien Hansen en 1873) qui se transmet par les voies respiratoires, la lèpre est une maladie infectieuse chronique très contagieuse et connue depuis l’Antiquité. Elle s’attaque d’abord à la peau puis aux nerfs et finit, si elle n’est pas traitée à temps, par provoquer des paralysies et mutilations des membres ainsi que des atteintes oculaires pouvant aller jusqu’à la cécité. La transmission se fait par la salive et probablement par les contacts cutanés répétés et prolongés. Le traitement repose sur une poly chimiothérapie comprenant de la dapsone, de la rifampicine et de la clofazimine, permettant la guérison des patients et 16 millions de lépreux ont reçu ce traitement lors des 20 dernières années. Mais les problèmes majeurs restant sont le dépistage précoce et la lutte contre sa propagation.

C’est pourquoi, je voudrais ici mettre en lumière l’action de l’Ordre de Malte France qui développe des partenariats avec les ministères de la Santé des pays touchés et participe activement aux programmes nationaux de lutte contre la lèpre pour définir des stratégies adaptées à chaque pays, à sa culture et à ses croyances. Les équipes sont mobilisées sur le terrain depuis plus de vingt ans en Afrique et plus de trente ans en Asie : dépistage précoce, soins et prévention des infirmités, chirurgie de réhabilitation, protection des extrémités et du visage, et projets de réinsertion sociale et de lutte contre les discriminations. La formation du personnel de santé reste, quant à elle, un élément clé dans la lutte contre la lèpre dans la durée.