Toutes les émissions

Prenez soin de vous

Du lundi au vendredi à 9h40

Ostéoporose
Ostéoporose © Getty

L'ostéoporose

Diffusion du lundi 24 juin 2019 Durée : 2min

Pourquoi faut-il parler de l’ostéoporose docteur Ducassé ?

Parce qu’il faut sensibiliser ! Tel est le maître mot de cette journée mondiale, tant il est vrai que l'ostéoporose est une maladie insuffisamment connue et trop peu diagnostiquée...

Chaque année en France, plus de 130.000 femmes sont victimes de fractures, généralement sans savoir que c'est parce qu'elles souffrent d'ostéoporose. Ainsi, près de 80% d'entre elles continueront à ignorer la véritable raison de leur fracture et seules 20% seront orientées vers un dépistage de cette maladie et auront accès à des mesures préventives et à des traitements adaptés...

Quels sont les signes qui peuvent faire craindre une ostéoporose ? 

Il convient qu’une femme ménopausée consulte son médecin traitant 

·         Si elle se plaint de douleurs de la colonne vertébrale afin de rechercher une fracture vertébrale révélatrice d’une ostéoporose ; 

·         Et de même si elle présente une perte de taille de plus de 3 cm par rapport à la taille connue ; 

·         Et bien sûr, si, suite à une chute de sa hauteur, elle présente une fracture.

Les hommes sont-ils concernés par cette ostéoporose ?

Bien que longtemps considérée comme une maladie osseuse touchant la femme, l’ostéoporose masculine est bien une réalité qui touche environ 15% des hommes de plus de 50 ans (alors que c’est 40% chez les femmes). Chez l’homme les conséquences sont plus graves en cas de fractures sévères car ces fractures surviennent le plus souvent sur un terrain « fragile » avec des facteurs de risque plus fréquents (abus de tabac et d’alcool …). 

Existe-t-il un moyen simple d’estimer individuellement son risque d’ostéoporose ? 

Il existe un questionnaire simple et rapide visant à estimer l’exposition au risque d’ostéoporose. En quelques questions une femme (ou un homme !) peut connaître ses facteurs de risque, notamment ceux sur lesquels elle (ou il) peut agir et ainsi entamer le dialogue avec son médecin. Ce questionnaire est disponible en Français sur le site du GRIO (www.grio.org). 

L’ostéodensitométrie est actuellement la technique de référence dans le bilan de l’ostéoporose conformément aux recommandations de la Haute Autorité de Santé. C’est un examen simple. On effectue 2 mesures successives, la première au niveau du rachis et la seconde au niveau de l’extrémité supérieure du fémur. C’est un examen très rapide, une quinzaine de minutes en tout. Il n’y a ni injection ni prélèvement à faire. Il est totalement indolore et ne nécessite pas d’être à jeun. Cet examen permet de mesurer la densité osseuse. Plus cette densité est faible, plus le risque de faire des fractures est élevé. Tous les patients, quel que soit leur âge et leur sexe, peuvent bénéficier du remboursement d’une ostéodensitométrie osseuse dès lors qu’ils présentent une maladie et/ou un traitement susceptibles d’induire une déminéralisation osseuse.

Pour conclure Doc, comment réduire le risque d’Ostéoporose ? 

3 axes majeurs :

·         Une alimentation équilibrée et suffisamment riche en Calcium 

·         Un atout majeur : l’exercice physique

·         Si nécessaire, des traitements médicamenteux à voir avec son médecin traitant.