Toutes les émissions

Prenez soin de vous

Du lundi au vendredi à 9h40

La grenade
La grenade © Getty

La grenade

Diffusion du vendredi 24 mai 2019 Durée : 1min

La grenade est depuis longtemps considérée par les habitants du Moyen-Orient et d’Asie comme un fruit exceptionnel, symbole de santé, de fertilité et de longévité. Qu’en est-il réellement Docteur Ducassé ?

Plusieurs travaux de recherche réalisés au cours des dernières années (on cite souvent le chiffre de 250 études scientifiques) indiquent que ce fruit très particulier est effectivement doté de nombreuses propriétés biochimiques, capables d’avoir un impact important sur plusieurs aspects de la santé humaine, comme les maladies cardiovasculaires et les cancers.

C’est son contenu exceptionnel en composés antioxydants qui confèrerait à la grenade une forte activité anticancéreuse, en particulier contre le cancer de la prostate. Par exemple, des études cliniques réalisées auprès de patients atteints de cancer de la prostate montrent que la consommation de jus de grenade freine significativement la progression de ce cancer. En ce sens, il faut noter que les régions où la grenade fait partie des habitudes alimentaires depuis des millénaires, par exemple dans les pays bordant la mer Caspienne (Ouzbékistan, Turkménistan, Azerbaïdjan), montrent les plus faibles incidences de cancer de la prostate au monde, presque 50 fois plus faibles qu’en Occident.

Une étude récente de l’American Chemical Society publiée dans la revue Chemical Neuroscience suggère que certaines molécules contenues dans la grenade pourraient également ralentir les effets du vieillissement. Ces molécules, appelées ellagitanines, n’ont pas d’effet direct sur l’organisme, mais sont transformées par les bactéries intestinales en urolithine A. Des scientifiques suisses ont observé que la simple addition de cette urolithine A à la nourriture d’un animal modèle classique très utilisé pour les études sur le vieillissement, provoquait une augmentation de 50 % de sa durée de vie.

Des essais cliniques sur l’impact de l’urolithine A sont présentement en cours et devraient permettre de mieux apprécier le potentiel thérapeutique de cette molécule. En attendant, les personnes curieuses d’intégrer la grenade à leur alimentation pour profiter de ces effets doivent savoir que les précurseurs de l’urolithine A (ces ellagitanines) sont surtout présents dans la peau du fruit et non dans ses arilles (ces grains présents à l’intérieur). Il semblerait que les jus de grenade commerciaux soient fabriqués en pressant le fruit dans son entier, avec sa peau, et posséderaient en conséquence un meilleur potentiel pour contrer les effets du vieillissement sur la fonction musculaire avec cependant des variations selon les différents jus. 

Mais surtout, n’oubliez pas ce que nous avons souvent dit ici : il existe déjà un moyen éprouvé de préserver son tonus musculaire avec l’âge : c’est l’exercice physique.