Bien-être - Santé

Prenez soin de vous

Du lundi au vendredi à 9h40

Réctocolite hémorragique
Réctocolite hémorragique © Getty

La rectocolite hémorragique

Diffusion du lundi 9 septembre 2019 Durée : 2min

Le Docteur Ducassé nous parle de la rectocolite hémorragique.

La rectocolite hémorragique est une maladie du gros intestin (côlon) et du rectum qui fait partie des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Évoluant par poussées dont la fréquence, la durée et la sévérité varient considérablement selon les patients, la rectocolite hémorragique se traduit principalement par des maux de ventre, le besoin impérieux et fréquent d’aller aux toilettes, souvent sans résultat ou pour faire de petites quantités de sang ou de glaires sanguinolentes, ainsi que de la fatigue.

La rectocolite hémorragique provoque une inflammation, des ulcères et une fragilité de la partie la plus superficielle de la paroi interne du côlon et du rectum. La rectocolite hémorragique n’est pas contagieuse.

Et c’est une maladie fréquente ?

En France, la rectocolite hémorragique touche environ une personne sur mille. Un peu plus de trois mille nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Cette maladie semble plus fréquente chez les personnes qui vivent en ville. La rectocolite hémorragique est le plus souvent diagnostiquée chez des personnes âgées de 30 à 40 ans, mais elle est parfois observée chez des enfants et des adolescents. Les hommes et les femmes sont touchés en égale proportion. Une prédisposition familiale existe, en particulier dans les populations d’origine européenne ou juive ashkénaze.

Les signes de la rectocolite hémorragique ne sont observés que lors des poussées. Imprévisibles en termes de survenue ou de durée, ceux-ci se produisent généralement tout au long de la vie, avec des périodes de rémission (absence totale ou quasi-totale de symptômes) pouvant aller de quelques semaines à plusieurs années.

Les personnes qui souffrent de poussée de rectocolite hémorragique peuvent également présenter des rhumatismes articulaires, des aphtes dans la bouche, des problèmes de peau (érythème noueux, de petits nodules fermes et rouges situés dans l’épaisseur de la peau), des thromboses (formation de caillots de sang dans les veines). Ces symptômes non intestinaux traduisent un état inflammatoire général avec une tendance du système immunitaire à attaquer d’autres organes. 

Les causes de la rectocolite hémorragique sont mal identifiées. Aujourd'hui, on pense que la rectocolite hémorragique associe des facteurs génétiques (une prédisposition familiale) avec des facteurs environnementaux non identifiés.

Lorsqu'elle est prise en charge médicalement, la rectocolite hémorragique n'est pas une maladie grave, mais les poussées peuvent représenter une gêne dans la vie quotidienne. Des traitements dits « d'entretien » existent pour prévenir les rechutes et les complications de cette maladie.

Donc mon conseil est simple : en cas de troubles du transit intestinal avec des maux de ventre, un besoin impérieux et fréquent d’aller aux toilettes, souvent sans résultat ou pour faire de petites quantités de sang ou