Toutes les émissions

Prenez soin de vous

Du lundi au vendredi à 9h40

Observation du cerveau
Observation du cerveau © Getty

Le cerveau et la méningite

Diffusion du jeudi 14 mars 2019 Durée : 2min

Au cours de cette semaine du Cerveau, le Doc a souhaité nous parler de la méningite qui est une autre urgence cérébrale, mais infectieuse. Elle peut être fatale et laisse parfois des séquelles très graves chez les survivants.

La méningite est une inflammation des “méninges” qui sont les fines membranes enveloppant le cerveau et la moelle épinière.  La méningite peut être causée par :

-          un virus, c’est la forme de la méningite la plus répandue (environ 70% des cas), généralement bénigne;

-          une bactérie, c’est la forme de méningite la plus grave, pouvant comme vous l’avez souligné Franz mettre en jeu le pronostic vital. 

La maladie se transmet par les gouttelettes de salive lors d’un contact avec une personne atteinte. 

Les premiers signes sont parfois difficiles à détecter, car pendant la phase précoce de la maladie, ces derniers ressemblent souvent à ceux d’une grippe (température, courbatures, ...) 

Les symptômes caractéristiques, tels que la raideur de la nuque, la gêne à supporter la lumière et l’apparition d’un purpura c’est à dire des taches rouges ou violacées sur la peau se manifestent plus tardivement. Le diagnostic est souvent difficile ; et il est recommandé d’aller aux urgences si de telles manifestations apparaissent.

Quel est le traitement et comment prévenir la méningite ?

Dans le cas des méningites virales bénignes, seuls le repos et des médicaments contre la fièvre et contre la douleur sont nécessaires. 

Si l’origine de la méningite est bactérienne, un traitement antibiotique sera administré en fonction des résultats des analyses de la ponction lombaire. Pour la prévention, dès l’annonce d’une méningite bactérienne, les personnes qui ont été en contact proche avec le malade reçoivent un traitement qui repose sur la prise d'antibiotiques et/ou de vaccins.

Il existe plusieurs vaccins selon les germes et leur sous types (on parle de sérogroupes). Si le vaccin anti-pneumococcique est recommandé dès l’âge de 2 mois pour prévenir de la méningite à pneumocoque, en ce qui concerne le méningocoque, un seul vaccin ne permet pas de se prémunir contre toutes les méningites. Depuis 2010, le vaccin contre le méningocoque C est recommandé et remboursé chez tous les enfants, adolescents et jeunes adultes de 1 à 24 ans et depuis décembre 2013, un vaccin contre la méningite à méningocoque B (qui reste le plus souvent mortel) est également disponible en pharmacie. 

En cas de doute parlez-en à votre médecin.