Toutes les émissions

Prenez soin de vous

Du lundi au vendredi à 9h40

Un peu de rangement...
Un peu de rangement... © Getty

Le syndrome de Diogène

Diffusion du mercredi 3 avril 2019 Durée : 2min

Nous avons tous entendu parler de Diogène de Sinope, ce philosophe grec qui vivait dans un tonneau … mais aujourd’hui notre Doc France Bleu Occitanie, le Docteur Jean-Louis Ducassé va nous parler du syndrome de Diogène : c’est quoi Doc ce syndrome ?

C’est un dérèglement du comportement qui se traduit par un rapport démesuré́ aux objets ou aux déchets au point que l’habitation en est complètement encombrée. Ce syndrome touche essentiellement des personnes âgées de tout milieu social ; généralement après une rupture comme le décès d’un proche ou le départ à la retraite. Il existe deux types de Diogène : l’actif qui entasse chez lui des objets récupérés ; et le passif, qui se laisse envahir par ses déchets voire ses déjections.

Le syndrome de Diogène est un syndrome décrit par Clark en 1975 qui associe entre autres :

·         une négligence parfois extrême de l'hygiène corporelle et domestique;

·         une accumulation d'objets hétéroclites, nommée également SYLLOGOMANIE ;

·         un déni de son état, associé en conséquence à une absence de toute honte ;

·         un isolement social selon les critères habituellement admis dans sa culture ;

·         un refus d'aide concernant cet état, cette aide étant vécue comme intrusive ;

·         une personnalité pré-morbide : soupçonneuse, astucieuse, distante, tendant à déformer la réalité.

Comment ça se traite ?

Le traitement doit commencer par la détection des cas de risque, puis l'admission dans un hôpital spécialisé ou une unité de gériatrie, avec étude des troubles médicaux. On prend ensuite des mesures adaptées de protection sociale pour éviter la rechute du patient. Dans quelques cas, il convient de traiter aussi une éventuelle pathologie psychiatrique associée (dépression, délire chronique)

S'il n'est pas possible d'assurer la vie en commun ou de placer le patient dans une institution sociale, il faut lui assurer un suivi régulier, des visites à domicile, par un travail coordonné de services sanitaires (médecin, infirmier(e), ergothérapeute) et sociaux (travailleur social).

Depuis février 2012, à Toulouse, un protocole entre la Mairie, le Conseil Départemental, le Centre Hospitalier Gérard Marchant et le Centre Hospitalier Universitaire permet une prise en charge coordonnée du syndrome de Diogène. 

Chaque année une vingtaine de cas sont signalés au Service Communal d’Hygiène et de Santé de la Ville de Toulouse et depuis 5 ans, 150 situations ont été́ traitées en partenariat.

L’ensemble des professionnels est satisfait de ce protocole car, outre le fait qu’il permet une prise de décision concertée pour la réalisation de travaux d’office de désencombrement par le Service Communal d’Hygiène et de Santé, il permet aussi que la personne se voit proposer, lors de visite à domicile, un accompagnement médico-social voire médical pour éviter une récidive ou une décompensation liée à cette intervention parfois traumatisante.

Et il faut remercier ces acteurs de s’être entendus pour un peu plus de bien être dans la santé des Toulousains.