Toutes les émissions

Producteurs d'Alsace

Du lundi au vendredi à 10h45

Du pain d'épices
Du pain d'épices - Fortwenger

Fortwenger, le pays du pain d'épices à Gertwiller

Diffusion du vendredi 24 novembre 2017 Durée : 3min

Simone Morgenthaler s’entretient avec Gérard Risch qui fut jusqu'en janvier 2017 PDG de l’entreprise de pain d’épices Fortwenger avant que son fils Steeve n’en prenne la relève .

C’est Charles Fortwenger, maître boulanger qui, dès 1768, a fabriqué de savoureux pains d’épices, «Lebküeche» ou pains de vie à Gertwiller, aux pieds du massif vosgien et de ses contreforts vinicoles, à mi-chemin entre Strasbourg et Colmar.

C’est là que se perpétue la plus délicieuse des traditions alsaciennes. Dans ce petit village aux maisons à colombages, les ateliers Fortwenger fabriquent du pain d’épices depuis près de 250 ans.

Des animations spéciales sont proposées à l’approche de Saint Nicolas et des fêtes de Noël. Ainsi au cours des weekends de novembre et décembre, des rennes de Laponie sont présents pour les animations. Les enfants sont invités à rencontrer Saint Nicolas trois weekends durant, puis, les mercredis de décembre, à venir décorer eux-mêmes leur pain d’épices en forme de Mannele selon leur envie.

Les ateliers Fortwenger ont créé en 1989 un site permettant à tous de découvrir l’origine du pain d’épices et ses secrets de fabrication : le Palais du Pain d’épices.

Selon des informations fournies par l’historien Roland Oberlé, le pain d’épices apparaît en Alsace dans les textes en 1412, dans un manuscrit de l’hôpital de Strasbourg : “pour la fête de Noël, il faut donner un grand pain d’épices ou deux petits à chaque malade lépreux.” D’emblée, apparaît la symbolique du pain d’épices comme cadeau de Noël. D’abord fabriqué dans les couvents, le pain d’épices devient une spécialité de certains boulangers qui finissent, à Strasbourg en 1496, par abandonner leur corporation pour fonder celle des “Lebtzelter”.

C’est aussi du XVe siècle que nous vient la plus ancienne recette énoncée dans un manuscrit de Strasbourg : “pour huit livres de farine, une mesure de miel, 64 g de cannelle, 16 g de girofle, 16 g de gingembre, 16 g d’anis”. La pâte ainsi obtenue est tassée dans des moules en bois de fruitier, de buis, ou encore de terre cuite qui imprimaient des figures et des formes diverses, thèmes religieux ou profanes. Les plus beaux moules, aujourd’hui conservés, datent de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècles, période particulièrement faste pour le pain d’épices.

Dès le XVIIIe siècle, la fabrication du pain d’épices était devenue l’apanage de petites entreprises spécialisées. En 1801, on recensait cinq fabriques à Strasbourg, cinq à Barr, trois à Gertwiller, une à Sélestat. Progressivement, Gertwiller allait devenir le seul dépositaire de la tradition alsacienne du pain d’épices.

FORTWENGER - PALAIS DU PAIN D'ÉPICES

144, route de Strasbourg

67140 Gertwiller