Replay du vendredi 31 juillet 2020

Les Carrières de Lumières s’illuminent des œuvres célèbres et singulières de Salvador Dalí

Vivez une expérience unique, explorez des univers sans limites, laissez-vous porter au cœur de l’Art

Dalí, l’énigme sans fin
Dalí, l’énigme sans fin -

A 800 mètres du Château-des-Baux, les carrières de lumières s’illuminent des œuvres de 2 artistes jusqu’au mois de janvier 2021. 

Dalí, l’énigme sans fin 

L'exposition revient sur plus de 60 années créatrices du maître catalan qui a parcouru et inventé plusieurs styles artistiques. 

Peintures, dessins, photographies, sculptures, gravures, films et images d’archives rappellent la personnalité unique du peintre à la moustache célèbre mais également ses obsessions pour l’étrange et le surnaturel ainsi que sa fascination pour sa femme Gala, sa véritable muse. 

Des chefs-d’oeuvre emblématiques, des Montres molles au Visage de Mae Westen passant par Léda Atomique et La tentation de Saint Antoine, révèlent le talent de Dalí, créateur de nouveaux langages et de toiles uniques, inspirées des grands maîtres de la peinture tels que Vélasquez, Raphaël, Vermeer ou Millet. 

L’ensemble de l’exposition numérique est rythmé par les musiques de Pink Floyd. Expérimentant sans cesse et rejetant tout mécanisme rationnel, ces deux icônes de la peinture et de la musique partagent un imaginaire visuel étonnant où visions obsessionnelles et virtuosité technique se mêlent.  

Gaudí, architecte de l'imaginaire 

Antonio Gaudí était une source d’inspiration pour Dalí. Ses œuvres du début du XXe siècle, d’abord qualifiées de fantasques et provocantes, sont défendues par Dalí. Le peintre publie l’article « De la beauté terrifiante et comestible de l'architecture modern style » en 1933 qui marque un regain d’intérêt pour l’Art Nouveau.  

Cette exposition immersive rend hommage à ce génie de l’architecture à travers ses bâtiments aujourd’hui classés au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Elle propose un voyage, entre rêve et réalité, du Parc Güell à la Casa Batlló en passant par la Casa Milà et la Sagrada Família.  

Par un jeu de matières et de lumières, les Carrières de Lumières prennent les formes de voûtes hyperboliques, de piliers obliques, de façades ondulées et s’ornent de motifs organiques et de mosaïques de verre et céramique. Au rythme des courbes musicales de Gershwin, une ville imaginaire se recompose.  

Mots clés: