Replay du jeudi 28 janvier 2021

Les 5 siècles de la mort de Sébastien Brant - Das Jubiläum des Todes von Sebastian Brant

- Mis à jour le

L'auteur du "Nàrreschìff", la Nef des Fous, est décédé il y a cinq siècles. C'est l'occasion de rendre hommage au strasbourgeois ayant écrit son chef-d'œuvre à Bâle, Rhénan avant l'heure. À venir en 2021, un cycle de conférences et une rencontre autour de Sébastien Brant à Strasbourg.

Sebastian Brant, dessiné par Albrecht Dürer (extrait)
Sebastian Brant, dessiné par Albrecht Dürer (extrait) - Wikimedia Commons

Regardez l'intégralité de l'émission avec nos invités en visio :

La page Wikipedia sur Sebastian Brant.

Carole Werner, doctorante en sociolinguistique historique

Carole Werner est chargée de cours au Département de Dialectologie alsacienne et mosellane.

Elle a produit son mémoire de Master 2 autour de la langue utilisée par Sébastien Brant dans sa Nef des Fous. Elle vous en lit un extrait, et vous démontre que l'alsacien actuel n'est pas si différent de celui de l'auteur, il y a plus de 5 siècles.

Carole fera également un parallèle étonnant avec la folie de l'époque, et l'actuelle. Comme quoi l'humain n'a pas tellement changé que ça.

Pour contacter Carole Werner (LinkedIn).

Peter Andersen, Professeur d’histoire et de littérature allemandes anciennes

Peter Andersen est professeur des Universités, Directeur du Collégium Arts, Langues et Lettres (ALL) et Responsable du Parcours Recherche en enseignement présentiel, Master d'allemand.

Il vous présente les nombreux événements ouverts au public à venir autour de Sébastien Brant en 2021 (lire ci-dessous) et vous présente l'aspect littéraire et international de l'œuvre, plus que jamais d'actualité. 

Plus d'informations sur Peter Andersen.

Das Narrenschiff, la Nef des Fous
Das Narrenschiff, la Nef des Fous - Albrecht Dürer

Pour ses bons et loyaux services, le Sénat de Strasbourg lui offrit une épitaphe. D’abord exposée dans la Cathédrale, la pierre passa ultérieurement à la Bibliothèque municipale, qui fut totalement détruite en 1870 lors du bombardement de Strasbourg. Fortement endommagée, l’épitaphe fut le seul objet à survivre miraculeusement aux flammes. Elle appartient aujourd’hui au chapitre Saint-Thomas et constitue le vestige le plus précieux de l’humaniste strasbourgeois, hormis ses livres. Mais cet épitaphe doit être restauré bientôt : la restauration débutera le 11 février et sera achevée en mars.

Les événements à venir :

10 février 2021, 18h30-20h00 : Georges Bischoff : « A table avec Sébastien Brant »

Résumé : Fils d’aubergiste, Sébastien Brant est particulièrement attentif aux plaisirs et aux servitudes de la table. C'est un témoin en même temps qu'un acteur de la chose. Partage-t-il la curiosité et le goût de ses contemporains déculpabilisé par le de honesta voluptate de Platine ou s’inscrit-il dans la tradition médiévale, entre méfiance et préoccupations sanitaires ? L'environnement matériel dans lequel se situe son œuvre peut être restitué grâce aux nombreuses gravures qu’il a inspirées et aux apports de l’archéologie.

25 mars 2021, 18h30-20h00 : Carole Werner : « Flagrant délit de rimes impures – Brant suspect principal ! »

Résumé : Et si Sébastien Brant n’était pas un ‘mauvais’ poète comme la science du XIXe siècle le laisse entendre. Souvent ses rimes ont été jugées ‘impures’. Le philologue Zarncke (1854) prétend même qu’un tiers des rimes de la Nef des fous est impur. Il en prend pour preuve des rimes graphiquement impures comme kind/sünd. Prononcés en allemand, ces mots ne riment pas non plus. Mais qu’en est-il si le lecteur les prononce en alsacien ? nüt on vrsach… 

7 avril 2021, 18h30-20h00 : Peter Andersen : « La famille Brant – une grande dynastie strasbourgeoise »

Résumé : Meunier originaire de Spire, Thibaut Brant, l’ancêtre de Sébastien Brant, s’installa à Strasbourg autour de 1400 et fonda une dynastie qui allait marquer l’histoire de la capitale alsacienne. Le dernier représentant strasbourgeois en lignée mâle est le banquier et sénateur Jean Sébastien Brant décédé en 1759. Par les lignées féminines, la dynastie perdure jusqu’à nos jours. Le plus illustre des descendants directs du poète de la Nef des fous est Albert Schweitzer.

10 mai 2021, 18h30-20h00 : Frédéric Barbier : « Des bons et des mauvais usages : Sébastien Brant, les fous et les livres »

Résumé : Sébastien Brant est un maître dans l’utilisation du nouveau média de l’imprimé, et chacun connaît la xylographie mettant en scène, dans le Narrenschiff, le fou bibliomane, armé de son plumeau et expliquant tout de go qu’il possède beaucoup de livres mais qu’il ne les ouvre jamais, parce qu’il n’en comprend pas le contenu. D’une manière générale, le discours humaniste sur les effets de la diffusion de l’imprimé n’est en rien systématiquement positif, et le jugement de Brant à ce sujet se révèle être en effet à bien des égards réservé. Le Narrenschiff est un livre de morale, et c’est la morale qui doit conduire la vie quotidienne : si tout est possible, tout n’est pas souhaitable, de sorte que nombre de prises de position de l’auteur se révèlent critiques par rapport au monde de l’écrit et du livre, et par rapport à la « révolution gutenbergienne » en pleins développements à la fin du XVe siècle.

Vous pourrez assister à ses conférences, réservez votre place par mail en écrivant au Professeur Andersen.

L’Université de Bâle, autre haut-lieu de la mémoire brantienne, organisera entre mars et mai une série de 13 conférences en ligne à l’attention d’un public académique et estudiantin. L’Université de Strasbourg réunira pour sa part les 10 et 11 mai à la MISHA les meilleurs spécialistes de trois pays. Le congrès sera ouvert au grand public sur préinscription. Il sera coorganisé par l’Université de Fribourg et financé par la fondation Thyssen. Le 10 mai, la Ville de Strasbourg offrira une réception à la Mairie pour des invités spéciaux dont les congressistes et probablement aussi des représentants des villes de Fribourg et de Bâle.

A LIRE AUSSI : le dossier sur les alsaciens célèbres