Replay du lundi 27 juillet 2020

Saga 40 - Les Parisiens sous l'occupation : La Rafle du Vel d'Hiv

Entre le 16 et le 17 juillet 1942, 13 000 juifs, enfants, parents, vieillards, sont arrêtés

La rafle du Vel d'Hiv
La rafle du Vel d'Hiv © Getty - Antoine Gyori - Corbis - Sygma

Cette fois, les masques tombent. Les Nazis, le gouvernement Pétain et la police français. Entre le 16 et le 17 juillet 1942, 13 000 juifs, enfants, parents, vieillards, sont arrêtés. C’est la rafle du Vel d’hiv. Tous les juifs apatrides sont conduits rue Nélaton dans le 15e arrondissement dans un grand vélodrome, puis à la gare de Drancy, puis vers les camps d’extermination en Pologne. Ecoutez ce document saisissant de Radio Paris. 

Au fond, peu de Parisiens s’indignent de peur de représailles. Il y a quand même çà et là quelque protestations, les zazous par exemple, jeunesse libertaire qui, en soutien des juifs, portent eux aussi une étoile jaune avec marqué zazou ou swing. Américanophile, pro anglais, il écoute du jazz en cachette ou Johnny Hess et Charles Trénet.

Sur Radio Paris évidemment le jazz est interdit, les chansonniers continuent leur propagande anti anglaise, russe et américaine 5’15

L’armée allemande de cette fin d’année 1942 subit ses premiers revers, en Afrique du Nord et surtout sur le front de l’est. La légion des volontaires français est envoyée pour prêter main forte à la Wehrmacht. Marcel Déat du rassemblement national populaire salue les légionnaires lors d’une cérémonie à la mutualité rue Saint Victor dans le 5 arrondissement. 

Condamné à mort par contumace en 1945, Marcel Déat s’enfuit en Italie, il se cache dans un couvent et meurt en 1955 à 61 ans.  

Mots clés: