Replay du jeudi 23 juillet 2020

Saga 40 - Paris sous l'occupation : Mars 42, bombardements sur Paris

Les raids aériens anglo-américains se multiplient sur Paris et la banlieue.

Boulogne-Billancourt, victime des bombardements de 42
Boulogne-Billancourt, victime des bombardements de 42 © Getty - Apic

Les raids aériens anglo-américains se multiplient sur Paris et la banlieue. Celui du 3 mars 1942 qui vise les usines fait plus de six cents victimes à Boulogne Billancourt, Clamart et Villejuif. Renault fabrique du matériel de guerre pour les Allemands. Ce drame apporte de l’eau aux moulins au régime de Vichy et à la collaboration.

Une collecte et un appel aux Parisiens en faveur des sinistrés sont lancés à la radio.  

Toutes les informations et les émissions de distraction de radio Paris ont pour but de promouvoir l’idéologie collaborationniste anti juives, anti franc-maçonne, anti-anglaise. Et depuis que l’Allemagne a déclaré la guerre aux Etats Unis, les chansonniers collabos ont une nouvelle tête de turc : les Américains.  

Toujours en ce début d’année 1942, au Grand Palais est organisé une exposition « la vie nouvelle ». En résumé pour marteler que Churchill et les Anglais sont cupides « l’or anglais, c’est le sang des autres » et que la France du Maréchal est vertueuse, soucieuse de la famille et de la patrie ». Les Parisiens, frondeurs, boudent cette expo du grand Palais.

L’écrivain Robert Brasillach, rédacteur en chef de « je suis partout » écrivait dans les colonnes de ce journal collabo en 1942 une phrase prémonitoire « je ne sais pas le temps qui nous reste promis, mais qu’importe le temps lorsqu’on a des amis ». Ses derniers amis seront les fusils pointés sur lui en février 1945 au fort de Montrouge lors de son exécution, accusé d’intelligence avec l’ennemi.

Mots clés: