Replay du mercredi 19 août 2020

Saga 40 - Paris sous l'occupation : Paris Libéré - 2nde partie

Le lendemain de la libération de Paris, le 26 août 1944, le général de Gaulle se rend à l’Arc de Triomphe pour y célébrer le soldat inconnu.

Charles De Gaulle et Georges Bidault le 26 Août 1944
Charles De Gaulle et Georges Bidault le 26 Août 1944 © Getty - Serge DE SAZO / Contributeur

Tout autour, les Parisiens se massent. Charles De Gaulle écrira dans ses mémoires de guerres :

« C'était la mer! Une foule immense, peut-être 2 millions d'âmes. Je vais donc, ému et tranquille, au milieu de l'exultation indicible de la foule. »

C’est un véritable miracle de la conscience nationale, un sacre républicain alors que de Gaulle n’est que le chef provisoire du gouvernement. Après l’arc de Triomphe, la remontée de la rue de Rivoli et un discours à l’hôtel de ville, direction Notre Dame, où le Général assiste à une messe, un Te Deum y est joué quand des coups de fusil éclatent aux fenêtres des immeubles, en face du parvis de la cathédrale, panique dans la foule, de Gaulle est imperturbable. 

Consigné à l’Archevêché, Le Général de Gaulle refuse que Le cardinal Suard ne vienne célébrer la messe, celui-ci était pro-vichy, ami de Pétain et antigaulliste. Les fidèles à Notre Dame continue de chanter dans la cathédrale, le général sort sur le parvis, il est acclamé par la foule, un Parisien lui remet un drapeau français, il monte à l’arrière d’une grosse limousine et file vers sa légende. 

Mots clés: