Replay du mardi 16 février 2021

Maxence Rivet, le jeune tennisman retrouve la compétition

- Mis à jour le

Le jeune prodige boulazacois, Maxence Rivet, a retrouvé les chemins de la compétition. Enfin ! après quasiment un an sans le moindre match officiel. Maxence s'est aligné en simple et en double dans des tournois très relevés au Kenya, fin janvier 2021. Il fait son bilan avec nous.

Maxence Rivet, jeune tennisman boulazacois à l'entraînement
Maxence Rivet, jeune tennisman boulazacois à l'entraînement - La famille Rivet

Le jeune pensionnaire du Tennis Boulazac Isle et Manoir, Maxence Rivet, se déplaçait au Kenya du 22 janvier au 7 février. Pandémie oblige, ces 2 tournois junior internationaux étaient plutôt relevés avec la présence de nombreux américains, anglais, japonais, sud-africains et français.

Dans les tournois en simple, Maxence atteint les quarts

En simple, Maxence accède au ¼ de finale du 1er tournoi et au deuxième tour du second tournoi. A noter, qu’il s’incline les deux fois contre le futur vainqueur de tournoi, un redoutable joueur américain. En double, Maxence était associé avec Etienne Marty, pensionnaire du Tennis Club de Lagord, en Charente Maritime. Ils réalisent deux beaux parcours, en s’inclinant en finale sur le 1er tournoi et en demi-finale au deuxième tournoi. 

Maxence Rivet au centre avec son partenaire du double, Etienne Marty
Maxence Rivet au centre avec son partenaire du double, Etienne Marty - Le clan Maxence Rivet

Maxence gagne des places au classement mondial

Ces deux tournois permettent à Maxence d’engranger de précieux points  et de gagner 55 places mondiales. A ce jour, Maxence pointe aux alentours de la 260ème place du classement ITF junior. A noter que les derniers bons résultats de Maxence lui ont permis d’accéder au précieux sésame de « sportif de haut niveau », lui permettant ainsi de s’entraîner correctement malgré la pandémie.

Maxence Rivet espère ainsi partir pour un prochain tournoi à la fin du mois de février, en Lituanie. Nous suivrons de prêt ses performances.

Mots clés: