Replay du jeudi 4 mars 2021

A la préhistoire, c’était l’homme, l’artiste… Et la femme était là pour admirer et applaudir ?

Directrice de recherche au CNRS et préhistorienne rattachée au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, Marylène Patou-Mathis connaît bien le Périgord des premiers arts, comme à la grotte de Lascaux. Mais l’homme est-il seul à avoir réalisé des peintures et gravures pariétales ?

Femmes Sapiens & Neandertal
Femmes Sapiens & Neandertal © Getty

« Pendant longtemps, on ne sait pas pourquoi, on disait que les femmes ne rentraient pas à l’intérieur des grottes » rappelle la préhistorienne Marylène Patou-Mathis. « Elles n’entraient pas à l’intérieur, donc forcément, les peintures en bout de galeries, c’était masculin. Même les sculptures, les petites Vénus, c’étaient les hommes (les auteurs). Mais pourquoi ? Qu’est-ce qui montre que ce sont des hommes ? Quels sont les indices archéologiques ? On est scientifiques, donc on doit regarder les indices. Quels sont les indices ? Zéro ! Il n’y en a pas, on ne peut pas savoir… »

De récentes recherches démontrent que les mains peintes sur les parois sont des mains d’hommes, des mains de femmes, et des mains de jeunes…

Marylène Patou-Mathis est l’auteur du livre « L’homme préhistorique est aussi une femme », paru chez Allary éditions.

Mots clés: