Replay du jeudi 25 mars 2021

L'étude d'une grotte ornée réserve toujours des surprises

- Mis à jour le

La Grotte de Saint-Cirq, également appelée Grotte du Sorcier, aux Eyzies, est l’objet d’une nouvelle étude de sa cavité et de ses gravures par Romain Pigeaud, archéologue et préhistorien, accompagné de Florian Berrouet et d’Estelle Bougard.

Tête humaine face à un cheval
Tête humaine face à un cheval - Photo Hervé Paitier

Qui dit nouvelle étude dit nouvelles découvertes, notamment au niveau de la chronologie des tracés… 

« On s'est aperçu que "le sorcier" utilisait le tracé d'une ancienne figure d'un cheval, qui avait été retravaillée pour être transformée » constate le préhistorien Romain Pigeaud. « Ça arrive de temps en temps dans l'art paléolithique ; une sorte de recyclage des figures. Peut-être parce que le discours mythologique a changé entre temps. Et on s'est aperçu aussi que ce sorcier, contrairement à ce qu'on pensait, ce que la tradition indiquait, n'est pas représenté de profil. On dit souvent qu'il a la tête de profil parce qu'il y a un petit éclat rocheux qui, miraculeusement, adopte la forme d'un nez et d'une bouche. Souvent, l'œil est attiré par ça, mais si on fait abstraction de cet éclat rocheux qui est postérieur à la gravure, on s'aperçoit que le sorcier a une tête complète, et que ce qu'on prend pour son oreille était son deuxième œil. Donc, il est représenté de profil, à la tête de face, ce qui est assez cohérent avec d'autres représentations que nous connaissons dans les grottes ornées, de personnages un peu en train de danser. »

Tête humaine face à un cheval
Tête humaine face à un cheval - Relevé Florian Berrouet

Romain Pigeaud est également Président des éditions Tautem.

Mots clés: