Replay du lundi 12 octobre 2020

L'ours brun du site de Régourdou, à Montignac

Conservateur du Patrimoine, Chargé des collections Paléontologiques au Musée National de Préhistoire des Eyzies, Stéphane Madelaine étudie plus spécifiquement la faune ancienne. Au cœur des réserves du musée se trouvent les découvertes réalisées au site du Régourdou, non loin de Lascaux à Montignac.

Mâchoire d'un ours brun
Mâchoire d'un ours brun © Radio France - Christophe Tastet

"Ce site est très célèbre, puisqu'il a livré une sépulture d'un Néandertalien, qui est présenté d'ailleurs au Musée du Périgord à Périgueux", expose Stéphane Madelaine, à propos du site du Régourdou. "Nous avons, nous, récupéré la collection de faune. En particulier les carnivores, et les restes d'ours bruns. Ce qu'il y a de très intéressant, c'est qu'en faisant le récollement, c'est-à-dire en vérifiant l'inventaire de la collection des restes de faune, on a découvert des restes humains, qui ont complété de façon assez importante la sépulture qui était déjà connue. On a en particulier trouvé des restes de jambes, pas mal de restes de côtes, de vertèbres, qui complètent cette sépulture et qui sont présentées toujours au Musée du Périgord."

Toujours à propos du Régourdou, Stéphane Madelaine ajoute : "Ce site est très connu pour avoir livré énormément de vestiges d'ours bruns qui, à l'époque de la fouille, ont été interprétés comme étant le résultat d'un culte de l'ours par les Néandertaliens. On est beaucoup revenu dessus depuis... Mais il n'empêche qu'il y a énormément de restes d'ours bruns." Des restes crâniens, des mandibules, des restes d'os longs le prouvent. L'ours brun était alors contemporain de l'ours des cavernes. Le second a disparu, le premier subsiste encore de nos jours, sous différentes formes. Les deux étaient cousins.

Mots clés: