Replay du vendredi 21 mai 2021

La faune du quaternaire, observée sur les parois des grottes préhistoriques

Spécialiste de l’art pariétal, Patrick Paillet travaille actuellement sur la grotte de Font-de-Gaume, aux Eyzies, en tant que Maître de conférences du Muséum National d’Histoire Naturelle, habilité à diriger des recherches. A ce titre, il observe la faune du quaternaire, représentée sur les parois…

Bison de la Grotte de Font-de-Gaume (Les Eyzies)
Bison de la Grotte de Font-de-Gaume (Les Eyzies) - © CMN - Centre des Monuments Nationaux

« On pourrait dire beaucoup de choses sur les faunes quaternaires représentées » avance le maître de conférences et chercheur au Muséum National d’Histoire Naturelle Patrick Paillet. « Les parois des grottes ne représentent pas la diversité du monde animal, c'est-à-dire que l'animal représenté n'est pas forcément conforme à l'animal chassé, à l'animal vivant. Les artistes préhistoriques ont sélectionné, dans le vivant, dans la faune qui a existé dans leur environnement, un certain nombre d'espèces. Parmi ces espèces sélectionnées qui avaient la faveur, en quelque sorte, des artistes de la préhistoire, il y a les grands ongulés et les grands herbivores, comme les équidés et les chevaux. Le cheval est omniprésent dans l'iconographie paléolithique, et ce depuis le début du Paléolithique récent, c'est à dire depuis près de 40.000 ans, dans une période qu'on appelle l'Aurignacien, et continue à être fréquent, présent, omniprésent, jusqu'à la fin du Paléolithique récent, ou quasiment à la fin, au Magdalénien. C'est le cas, par exemple, à Font-de-Gaume, dans cette grotte où le cheval est présent. Il n'est pas l'animal le plus fréquent dans la cavité, mais il est omniprésent, véritablement. Les équidés sont donc ces animaux dominants. »

Bison et cervidés de la Grotte de Font-de-Gaume (Les Eyzies)
Bison et cervidés de la Grotte de Font-de-Gaume (Les Eyzies) - © CMN - Centre des Monuments Nationaux

Cette série consacrée aux animaux de la préhistoire a été conçue avec la collaboration du Pôle d'interprétation de la Préhistoire des Eyzies, que nous remercions pour son concours.

Mots clés: