Replay du mercredi 23 juin 2021

La Géorgie sur le chemin de l’homme préhistorique à sa sortie d’Afrique

La Géorgie fut une étape importante de la grande aventure humaine, partie de l’Afrique. Jean-Jacques Cleyet-Merle est l’ancien directeur du Musée National de Préhistoire des Eyzies, qui va consacrer cet été une exposition aux témoignages tangibles de la fabrication des « premiers outils de pierre »…

Homo Georgicus. Sur la gauche, reproduction du crâne d'une jeune femme (probablement), et à droite, d'un homme, découverts à Dmanissi (Géorgie)
Homo Georgicus. Sur la gauche, reproduction du crâne d'une jeune femme (probablement), et à droite, d'un homme, découverts à Dmanissi (Géorgie) © Getty

Le préhistorien Jean-Jacques Cleyet-Merle s’enthousiasme à propos du site de Dmanissi, en Géorgie. « C’est un site extraordinaire ! Il est bien encadré par différents phénomènes volcaniques, que l’on peut dater… Il associe à la fois des Homos, une faune considérable, et des outils lithiques taillés. »

Le village de Dmanissi, en Géorgie, a livré des restes fossiles d'Homo Georgicus datés de 1,8 million d'années. Ces premiers représentants du genre Homo attestés hors d'Afrique (à ce jour), formaient une espèce à présent éteinte.

Le Musée National de Préhistoire des Eyzies, vous proposera l’exposition « Homo Faber » à partir du 10 juillet.

Mots clés: