Replay du vendredi 16 octobre 2020

La reconstitution de silex à partir des lames et des éclats

Conservatrice du Patrimoine et Chargée des collections du Paléolithique supérieur du Musée National de Préhistoire des Eyzies, Catherine Cretin vous propose d’aller fouiller les fonds de cabanes ; ils sont toujours riches en enseignements…

Silex reconstitué à partir d'éclats et de lames, dans les mains de Catherine Cretin
Silex reconstitué à partir d'éclats et de lames, dans les mains de Catherine Cretin © Radio France - Christophe Tastet

Au cours des fouilles qu'il a dirigées à la grotte des Furtins en 1945, dans les grottes d'Arcy-sur-Cure entre 1946 et 1963, puis sur le site magdalénien de Pincevent à partir de 1964, André Leroi-Gourhan (Ethnologue, archéologue et historien français, spécialiste de la Préhistoire, 1911-1986) a contribué à renouveler les méthodes de fouilles archéologiques. Il a créé une école de fouilles pionnières à Arcy, où il a mis en place une rigueur d'étude jusque-là inconnue : étude des sols d'habitat et de leurs éléments, emplacement desdits éléments, et établissement d'un plan préalablement à la fouille.

Une collection récente est arrivée en 2010 au Musée National de Préhistoire des Eyzies, en provenance de l’Oise.

« C’est une fouille qui a été menée dans la deuxième moitié des années 70, après une découverte en 74. Et en fait, comme pour Pincevent qui avait été fouillé 10 ans plus tôt, on retrouve des vestiges éparpillés sur le sol, avec des foyers (donc en fait des pierres et un peu de traces de charbon, etc), des ossements animaux et des vestiges de silex un peu partout », détaille Catherine Cretin. « On a l’impression que c’est éparpillé un peu n’importe comment, mais non. Il y a encore des aires de répartition qui permettent d’être interprétées comme des aires d’activité : aire de boucherie, aire de taille de silex, etc. Ici, les lames et les éclats de silex peuvent être montés sur le bloc qui a été débité, et on peut analyser toute la façon de tailler des Magdaléniens. » 

Lames et éclats ont ainsi été rassemblés pour reconstituer une sorte de puzzle en 3 dimensions. Il s’avère que ces objets étaient partagés d’un foyer à l’autre. Des morceaux de carcasse de rennes ont été répartis de la même manière.

Mots clés: