Terres de légende

Du lundi au vendredi à 12h30

Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims, Foret domaniale de Verzy.
Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims, Foret domaniale de Verzy. © Getty - Christophe Boisvieux

Les faux de Verzy

Diffusion du jeudi 26 décembre 2019 Durée : 3min

La montagne de Reims abrite au sein dans sa forêt domaniale de Verzy une curiosité végétale presque unique au monde qui attire autant les biologistes que les curieux.

Il y a là 800 arbres étranges et surprenants, des hêtres tortillards que l’on appelle des faux comme en vieux français. Ils ont développé une étonnante aptitude à se contorsionner, leurs branches et leurs rameaux formant des coudes et se soudant entre eux pour s’étaler en parasol comme des igloos de verdure.

Si ce phénomène reste une énigme pour les botanistes, qui l’attribuerait plutôt à une mutation génétique, il laisse libre court à d’autres hypothèses prenant racine, c’est le cas de le dire, dans des récits très anciens. 

L’un d’eux voudrait qu’un menuisier tordu, bossu et rachitique se soit épris en secret de la plus belle villageoise de sa contrée. Impossible cependant pour le difforme de se déclarer à elle dans son état. On peut le comprendre.

Mais prêt à tout pour séduire, notre amoureux décide alors de recourir aux services d’une sorcière locale qui, au prix fort, lui promet un élixir censé le rendre droit comme un i. Après avoir fait macérer dans son chaudron toute une panoplie d’ingrédients plus suspects les uns que les autres, elle tend à son client un bol rempli d’une espèce de soupe saumâtre et écœurante que le menuisier s’empresse pourtant d’ingurgiter. Et ça marche ! Sous l’effet de la potion, l’homme se métamorphose rapidement en un jeune apollon athlétique et séduisant qui ne tarde pas à faire tomber la belle convoitée sous son charme. La suite vous la connaissez : ils se marièrent et eurent beaucoup, beaucoup d’enfants. 

Fin de l’histoire ? Hélas non. Car tous leurs bambins ayant hérité des tares paternelles, ils se révélèrent les uns après les autres aussi cagneux et biscornus que l’avait été leur géniteur. Que faire ? La sorcière ayant disparu entretemps, il était impossible aux jeunes parents de réparer à nouveau cette malédiction. Le couple désemparé dut alors se résoudre, comme cela se faisait beaucoup à l’époque, à perdre un par un sa progéniture dans la forêt.

Abandonné à eux-mêmes, incapables d’avancer, épuisés, affamés, les rejetons s’enfouirent peu à peu dans le sol et s’immobilisèrent pour devenir ces arbres nains dont les membres torturés s’entremêlent et se multiplient au gré du temps.

Moralité 

Mesdames et messieurs prêts à tout pour vous faire remarquer, sachez néanmoins qu’on ne joue pas impunément avec la magie noire, pas plus qu’avec la génétique blanche. Ou inversement.