Bruxelles teste la taxe kilométrique pour alléger le trafic automobile

Les bouchons sur la route

Émission 

La capitale belge teste à partir de cette semaine une nouvelle taxe imposée aux automobilistes, taxe qui s'appliquerait à chaque kilomètre parcouru. Jusqu'à 9 centimes par kilomètre. Une mesure expérimentée pour désengorger le trafic dans l'agglomération bruxelloise.

Bruxelles est l'une des villes les plus embouteillées au monde. Plusieurs mesures sont envisagées pour réduire les bouchons, dont cette taxe kilométrique qui fait déjà grincer des dents, même si, pour l'instant, il ne s'agit que d'une expérimentation. 1200 automobilistes y participent. Equipés d'une balise GPS, ils vont pendant deux mois, s'acquitter d'une taxe, variable selon la route empruntée et l'heure de crirculation.  5 centimes par kilomètre parcouru sur autoroute, 6,5 centimes hors agglomération et hors autoroute, et jusqu’à 9 centimes par kilomètre en ville. Tarif maximum aux heures de pointe, réduit de moitié le reste du temps, et même gratuité entre 22h et 5h du matin.

Inciter les automobilistes à modifier leur comportement

L'idée est d'encourager les automobilistes à emprunter les transports en commun bien sûr, mais surtout à utiliser leur véhicule différemment. D'ailleurs cette taxe kilométrique remplacerait la taxe annuelle de circulation prélevée pour chaque véhicule. Ce qui compte ou plutôt ce qu'on paye, ce n'est plus le simple fait de posséder une voiture. Mais l'usage qu'on en fait. Sauf que selon les chiffres de circulation moyens des automobilistes belges, il pourrait leur en coûter jusqu'à 1000 euros par an, alors que la taxe annuelle actuelle est de 300 à 400 euros, selon la puissance du moteur. Sans compter le coût d'un tel système, le fait d'équiper chaque voiture, et les problèmes de protection de la vie privée puisque toutes les données sont transmises au fisc.Une journée sans voiture

Du coup cette taxe kilométrique ne fait pas l'unanimité. Avant même le démarrage du test, une pétition a été lancée sur internet, "non à la taxe kilométrique" qui a déjà recueilli qque 170.000 signatures, et un appel a été lancé sur Facebook, non pas à manifester, mais à prendre d'assaut les transports en commun, le lundi 31 mars. L’idée étant de démontrer que si on ne prend plus sa voiture, les transports collectifs seront encore plus engorgés. Encore moins confortables et encore moins fiables: il parait qu'en terme de ponctualité c'était catastrophique en 2013.

Péage urbain?

L'ensemble du réseau de l'agglomération bruxelloise doit etre réformé. Parmi les autres mesures envisagées un péage urbain à l'entrée de la ville. 3 euros, 12 euros. Une idée déjà dénoncée comme anti-sociale mais qui permettrait d'investir dans les trains, le métro et les pistes cyclables.

Partager sur :