Intempéries : un fonds de soutien européen aux pêcheurs

Les poissons tout juste pêchés en mer

Émission 

Le ministre français des Transports et de la Mer a promis lundi des mesures pour aider les pêcheurs bretons. Il en appelle aussi aux institutions européennes. Un dispositif européen a justement été mis en place, pour la première fois

Le ministre français des Transports et de la Mer, Frédéric Cuvillier, a promis lundi des mesures pour aider les pêcheurs bretons, après les nombreuses tempêtes qui ont frappé les côtes ces deux derniers mois. Beaucoup de bateaux sont restés bloqués au port. Conséquence : une hausse du prix du poisson et une baisse importante du chiffre d'affaires. Le ministre en appelle aux institutions européennes pour mettre en place un dispositif en cas d'intempéries.

"L'Europe a fait son travail, au gouvernement de faire maintenant le sien !"

Mais ce dispositif existe déjà... Le député européen UMP Alain Cadec appelle les autorités françaises à mettre en œuvre le mécanisme d'indemnisation des pêcheurs qu'il a obtenu au sein du Fonds européen des affaires maritimes et de la pêche. "L'Europe a fait son travail, au gouvernement de faire maintenant le sien !" , déclare ce parlementaire dans un communiqué. Mais la France n'est pas la seule concernée : les mauvaises conditions météo ont touché aussi bien l'Ecosse, l'Irlande que les côtes espagnoles ces dernières semaines.

Même en cas de marée noire

Le dispositif, tout récent, doit être voté en avril mais les versements pourront se faire à titre rétroactif. C'est à chaque Etat d'activer le mécanisme en cas d'intempérie ou de catastrophe naturelle ou écologique, comme une marée noire. Le fonds européen participe alors au fonds de mutualisation propre à chaque Etat. Et seuls les pêcheurs qui ont cotisé peuvent en bénéficier via leurs compagnies d'assurance, à condition que leurs pertes financières soient supérieures à 30% du chiffre d'affaires annuel. 30%, c'est beaucoup, mais cela peut aller très vite si les chalutiers ne sortent pas en mer pendant plusieurs semaines.

Mesures d'urgence

Les pêcheurs veulent des mesures d'urgence, alors sont-ils prêts à cotiser pour un dispositif européen très complexe qui ne sera pas opérationnel avant plusieurs mois ? C'est toute la question.Bien sûr les pêcheurs peuvent se tourner vers les aides qui existent déjà : des fonds internes en Espagne ou même en France à travers la "caisse chômage intempéries", sorte d'assurance mobilisable tout de suite mais quand même moins fructueuse que le nouveau dispositif européen.

70% de prises en moins

Depuis début janvier, les quantités pêchées ont chuté de 70%. La filière pêche pourrait perdre plusieurs millions d'euros en manque à gagner. Et même si le gouvernement a décidé le report des charges sociales des pêcheurs pour soulager leur trésorerie, l'aide européenne est plus qu'attendue sur le littoral. Les pêcheurs français seraient alors les premiers à en bénéficier.

Partager sur :