La mortalité des abeilles plus élevée dans le nord de l'Europe

Émission 

L'Union Européenne livre la première carte de la mortalité des abeilles. Selon l'étude "Epilobee" rendue publique ce lundi, le taux de mortalité des abeilles est plus élevé en Belgique et en Grande-Bretagne.

 

"Epilobee" a permis de comparer l'état de santé des ruches dans 17 pays membres de l'Union Européenne. Elle révèle, qu'en hiver, le taux de mortalité des abeilles domestiques est plus élevé au nord de l'Europe. Après la Belgique, et le Royaume Uni, la Suède arrive en 3ème position avec 28,7% de mortalité, 23% en Estonie et en Finlande. Au Sud, le taux reste dans plusieurs pays en-deçà des 10%, considéré comme une mortalité "normale", comme en Espagne, en Grèce et en Italie. La France, l'Allemagne et la Pologne, se situent à un niveau intermédiaire autour des 14% de mortalité en hiver.  Entre le printemps et l'été, l'étude révèle que la mortalité des abeilles est en baisse . C'est la saison de la production de miel, où les abeilles meurent habituellement moins. Il y a tout de même une exception: c'est la France, où le taux de mortalité des abeilles est de 13.6% pendant cette période-clé. La production de miel a diminué de moitié en France entre 1995 et 2013 malgré un nombre de ruches similaire. Selon l'Union Nationale de l'Apiculture Française, les conditions climatiques sont la cause de cette mortalité.  L'UNAF évoque également des "problèmes d'intoxications". Bruxelles a interdit en 2013 et pour deux ans l'usage de trois pesticides jugés responsables en partie de l'importante mortalité des abeilles.   Dans cette étude, les pesticides n'ont pas été étudiés pour des raisons "techniques", se défend l'Agence française de sécurité sanitaire.  L'agence travaille à une "harmonisation" des techniques de dosage des pesticides pour mieux prendre en compte ce sujet.Financée par la Commission européenne, l'étude doit être reconduite cette année.

Partager sur :