Ukraine : la situation actuelle préoccupe le Conseil de l'Europe

Vue extérieure du Conseil de l'Europe (Strasbourg)

Émission 

En Ukraine, des affrontements avec les manifestants et un assaut des forces spéciales ont fait 26 morts à Kiev mardi et mercredi. Au Conseil de l'Europe, socle des droits de l'homme, on souhaite rétablir le dialogue au plus vite

L'Union européenne menace de sanctionner les responsables de la répression sanglante qui a frappé l'Ukraine ces derniers jours. François Hollande et Angela Merkel condamnent des "actes inadmissibles et intolérables" . L'Ukraine ne fait pas partie de l'Union, mais elle appartient au Conseil de l'Europe. C'est d'ailleurs l'un des dix Etats membres sous procédure de suivi.

Ukraine et COE Anne Brasseur 2

Deux représentantes du Conseil de l'Europe chargées du suivi de la situation se trouvent justement là-bas, à Kiev, jusqu'à vendredi. Une visite pour trouver une issue "pacifique" à la crise. On voit que c'est loin d'être le cas ces jours-ci. Il s'agit pourtant de leur douzième visite sur place. Et si la situation ne s'améliore pas, la délégation ukrainienne au Conseil de l'Europe pourrait être privée temporairement de ses droits de vote.

Une question qui fâche : la démocratie

Le Conseil de l'Europe, créé en 1949, est l'organisation européenne la plus ancienne, le socle des droits de l'homme. 47 Etats membres, dont 28 qui appartiennent à l'Union européenne et l'Ukraine donc, depuis 1995. C'est bien simple : tous ses membres, en signant la Convention européenne des droits de l'homme, s'engagent à protéger la démocratie. Alors à chaque fois qu'un pays fait un écart de conduite, lorsqu'il entrave la liberté sous toutes ses formes (liberté d'expression, de réunion, d'information), c'est le rôle du Conseil d'enquêter et de rétablir le dialogue politique, quitte à faire intervenir ses juristes. Et autant dire qu'en Ukraine beaucoup de signaux sont au rouge.

Une priorité : le dialogue politique

Au secrétariat général du Conseil de l'Europe, on nous assure qu'un dialogue tripartite est en bonne voie. Fin janvier déjà, les autorités ukrainiennes avaient reculé en abrogeant les lois anti-manifestations tout juste installées. En fait le rôle du Conseil de l'Europe est d'ouvrir ce dialogue aussi bien avec les chefs de l'opposition, les autorités et les journalistes.

"Changement soudain de la politique"

Les deux représentantes doivent même rencontrer le président Viktor Ianoukovitch ce jeudi. Mais rien n'est moins sûr vu la tournure des événements. Leur objectif : négocier directement, avant de rédiger un rapport qui peut déboucher sur une résolution. La dernière date de fin janvier. Cette résolution pointe un "changement soudain de la politique ukrainienne" .

Le Conseil de l'Europe y rappelle que "c’est au peuple ukrainien – et à lui seul – de décider" des relations entre l'Ukraine et l'Union européenne.  Une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne aura lieu aujourd'hui pour décider des sanctions à adopter.

BOB Ukraine et COE Anne Brasseur

Partager sur :