Émissions Toutes les émissions

Tous Européens

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

L'UE condamne mais reste impuissante en Syrie

Par le lundi 26 septembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
Alep sous les bombes
Alep sous les bombes © Maxppp - Maxppp

Alep sous les bombes. La partie insurgée de la deuxième ville de Syrie est sous le feu du régime syrien et de la Russie, désormais accusés de "crimes de guerre" par les Occidentaux. L'UE condamne, voudrait peser dans les négociations internationales, mais reste bien impuissante.

"Les souffrances indiscriminées causées à des civils innocents sont une violation inacceptable du droit humanitaire international". C'est par ce communiqué que la responsable de la diplomatie européenne Federica Mogheri condamne les tirs d'artillerie et le largage de bombes incendiaires sur Alep," l'attaque délibérée" d'un convoi humanitaire et le fait de couper volontairement l'eau pour les civils encore en vie. La voix de l'Europe s'ajoute au tollé international contre la barbarie, mais ne change rien au déluge de feu sur Alep, dont des bombes au phosphore, du napalm et des bombes à fragmentation, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Et pourtant l'Europe est directement concernée par cette guerre

"Ses conséquences pour l'Europe sont immédiates, ce sont des attaques perpétrées dans nos villes par des terroristes formés dans les camps de Daech, soulignait Jean-Claude Juncker devant les eurodéputés. Mais où est l'Union, où sont ses Etats membres?" demandait le président de la Commission, appelant les pays à surmonter leurs divisions, à accepter une stratégie européenne pour la Syrie, une politique de défense commune (peut-être plus facile après le départ du Royaume-Uni), à faire de Federica Mogherini une vraie ministre européenne des affaires étrangères, avec un siège unique à la table des discussions. D'autant plus que l'Europe est aussi la destination que rêvent de rejoindre les malheureux qui fuient en partie nos bombardements.

En attendant l'Union européenne met la main au portefeuille... et sanctionne

L’Europe est le principal contributeur pour ce qui est devenu la pire catastrophe humanitaire au monde, plus de 3 milliards d’euros pour aider le peuple et les réfugiés dans les pays voisins,y distribuer des cartes de débit électronique pour leur permettre de se nourrir de se loger, d'envoyer leurs enfants à l’école. L'Europe a par ailleurs reconduit ses sanctions à l'encontre du régime syrien, embargo pétrolier, restrictions sur certains investissements, gel des avoirs de la banque centrale syrienne et de plus de 200 personnes, avec interdiction de pénétrer dans l'Union. L'Europe espère toujours aider à mettre en place une transition politique pour permettre au peuple syrien de vivre en paix dans son propre pays.