Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 20h02

En France, l'école creuse les inégalités sociales

En France, l'école accentue les inégalités sociales

Tous Européens du mardi 27 septembre 2016

Par

L'éducation prioritaire, "ça ne marche pas". Pire, le dispositif mis en place depuis trois décennies par la France pour réduire les inégalités sociales dans les écoles ne fait que les aggraver. C'est bien pour cela que les autres pays ont abandonné des mesures qui accentuent échec et stigmatisation.

En France, l'école creuse les inégalités sociales

La France, championne des inégalités scolaires, a mis en place depuis 35 ans des dispositifs censés les réduire mais qui dans les faits ont conduit à les exacerber, à creuser le fossé entre les élèves défavorisés par leur origine sociale dont le niveau ne cesse de baisser et des élites de plus en plus performantes. C'est le Conseil national d'évaluation du sytème scolaire qui en fait la démonstration, il s'appuie sur les travaux d'une vingtaine d'équipes de chercheurs français et étrangers. Tous font le même constat accablant: en France l'égalité des chances est un mythe; notre système éducatif fabrique même l'injustice scolaire.

Ils pointent la responsabilité des politiques éducatives et l'échec de "l'éducation prioritaire"

Elle se base sur un principe louable: la discrimination positive. Donner plus à ceux qui ont moins, c'était l'objectif des Zones devenues Réseaux d'éducation prioritaires. Le dispositif prévu pour être temporaire et ciblé a perduré, s'est étendu, les moyens ont été dilués, sont devenus insuffisants pour réduire vraiment le nombre d'élèves dans les classes et former suffisamment les enseignants. Sans compter l'effet de stigmatisation qui a conduit beaucoup de familles à déserter ces zones, empêchant la mixité sociale. Résultat: une discrimination négative, des temps d'enseignements plus courts en raison des problèmes de discipline, des enseignants moins expérimentés, un climat et un environnement peu porteurs.

C'est précisément pour cela que la plupart des pays y ont renoncé

L'Allemagne, la Suisse, les Etats-Unis, également considérés un temps comme très inégalitaires en ont tiré les conséquences et inversé la tendance. Une des clefs du succès asiatique consiste à envoyer les meilleurs profs dans les établissement les plus difficiles. En France des aides peu efficaces sont reconduites, faute d'évaluation.Parmi les points encourageants, le rapport cite la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, les nouveaux programmes au collège, les heures consacrées au travail en petits groupes, mais regrette l'absence d'une véritable pédagogie différenciée au sein des classes. D'une politique volontariste de mixité sociale, grande absente de ces 30 dernieres années.

Partager sur :