Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 20h02

En Europe des critères stricts pour l'aide sociale

agence pour l'emploi à Berlin

Tous Européens du mercredi 5 octobre 2016

Par

Le tribunal administratif de Strasbourg a annulé la décision du Conseil départemental du Haut-Rhin, en Alsace, de conditionner le versement du RSA à la réalisation de sept heures de bénévolat par semaine. Dans toute l'Europe, l'aide sociale est assortie de critères plus ou moins rigides.

En Europe des critères stricts pour l'aide sociale

Le Département du Haut-Rhin, en Alsace, voulait faciliter la réinsertion des bénéficiaires en imposant sept heures de bénévolat hebdomadaire. Mercredi 5 octobre 2016, le tribunal administratif de Strasbourg, saisi par la préfecture du Haut-Rhin, a annulé sa délibération.

Dans toute l'Europe, l'aide sociale est distribuée selon des critères de revenus, mais il existe des impératifs qui détonnent. Ainsi, en Roumanie, une personne dans la précarité pourra se voir refuser l'assistance de la collectivité si elle possède une voiture, un tracteur ou même une scie..! En Roumanie, toujours, un membre de la famille assistée doit effectuer des tâches d'intérêt général s'il est sollicité par sa mairie.

En Bulgarie, les services sociaux tiennent compte de la dimension du logement: une famille de quatre personnes ne doit pas vivre dans plus de trois pièces. Autre critère: le foyer doit effectuer des dépenses "raisonnables". C'est le cas en Suède. La Finlande intègre les loisirs et les abonnements aux journaux.

Le montant de l'aide varie d'un pays à l'autre

En France, une personne seule touche 535 euros de RSA. Son équivalent suisse s'élève à 880 euros, 35 euros en Bulgarie. Tout citoyen européen peut solliciter une aide dans le pays de l'UE dans lequel il réside. Un principe qui incite certains états, comme la Grande-Bretagne, à dénoncer le "tourisme des allocations". A tort, dans ce cas, puisqu'une enquête du journal le "Gardian" a démontré que les Britanniques touchent plus d'aides à l'étranger qu'ils n'en versent à leurs hôtes européens.

Chômeurs et travailleurs pauvres

L'Allemagne oblige ses chômeurs à accepter les offres de l'agence pour l'emploi, même si elles ne correspondent pas à leur qualification, même si l'entreprise est loin de chez eux. Il y a aussi cette tradition des mini-jobs, payés 450 euros par mois. L'Allemagne a aussi instauré des petits boulots à moins d'un euro de l'heure destinés aux réfugiés.

Enfin, à Rotterdam, aux Pays-Bas, les services sociaux pourront peut-être bientôt imposer une contraception aux femmes jugées incapables de s'occuper correctement de leurs enfants. 160 mères ont déjà été ciblées par la mairie.

Partager sur :