Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 20h02

En Pologne les producteurs de pommes inquiets pour leur avenir

Comme leurs collègues français, les producteurs polonais se plaignent des cours trop bas

Tous Européens du lundi 12 septembre 2016

Par

Les producteurs de fruits français ne sont pas les seuls à se plaindre de la chute des cours. Leurs collègues polonais manifestent ce lundi à Varsovie pour protester contre les prix trop bas des pommes. La Pologne, premier producteur européen de pommes, souffre toujours de l'embargo russe.

En Pologne les producteurs de pommes inquiets pour leur avenir

Les Polonais protestaient ce lundi à Varsovie contre la chute des cours qui les oblige à vendre actuellement leurs fruits à perte, à 3 centimes le kilo parfois.

Avec une récolte de 4 millions de tonnes de pommes cet été, les vergers polonais battent des records. 4 millions, c'est le tiers de la production européenne , qui s'élève à 12 millions de tonnes. La France en produit un million et demi, l'Allemagne un million de tonnes.

Le printemps maussade a pénalisé le voisin autrichien, qui manque de fruits pour ses célèbres "Strudel", avec 22.000 tonnes de pommes cette année contre près de 180.000 l'an dernier. Les producteurs croates, eux aussi, font grise mine, avec 35.000 tonnes cet été pour plus d'une centaine de milliers l'an dernier.

Les Polonais trouvent trouver de nouveaux marchés

L'état polonais est le premier producteur européen, c'est aussi le premier exportateur mondial. Mais la pénurie chez les voisins slovènes, slovaques ou autrichiens ne permettra pas d'écouler tous les stocks à un bon prix.

Avec l'embargo russe, en 2014, la Pologne a perdu un très gros marché, puisque la Russie absorbait chaque année un million de tonnes de pommes.

Pour aider la filière, on a vu fleurir en 2014 sur les réseaux sociaux polonais des campagnes comme: "mange des pommes contre Poutine". De très nombreux Polonais ont diffusé des selfies qui les montraient avec des  pommes galas ou des idareds. Ils se sont aussi mis à boire du cidre, dont la consommation a grimpé en flèche...

Renouer le dialogue avec Moscou

Dès l'été 2014, Bruxelles a mobilisé 125 millions d'euros pour soutenir les agriculteurs européens malmenés par l'embargo russe mis en place lors de la crise ukrainienne, puis constitué une réserve de crise de plus de 430 millions d'euros pour aider toutes les filières concernées. Insuffisant pour sortir les producteurs polonais de l'ornière. Ils ont bloqué Varsovie à plusieurs reprises déjà, pour demander à leur gouvernement de revoir sa stratégie vis à vis de la Russie.

Partager sur :