Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 20h02

La France interpelle le Royaume-Uni sur la prise en charge des mineurs de la Jungle de Calais

Plus de 900 mineurs vivent actuellement dans la Jungle de Calais d'après le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve

Tous Européens du mardi 11 octobre 2016

Par et

Paris interpelle Londres sur la situation des mineurs de la Jungle de Calais, quelques semaines avant son démantèlement. Lundi, le ministre de l'Intérieur a rappelé au gouvernement britannique ses obligations concernant l'accueil de tous les mineurs du camp qui ont de la famille au Royaume-Uni.

La France interpelle le Royaume-Uni sur la prise en charge des mineurs de la Jungle de Calais

Ils seraient actuellement plus de 900 jeunes à vivre dans le bidonville insalubre, 1200 selon les associations. Quelques semaines avant le démantèlement de la Jungle de Calais, le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve a rappelé au gouvernement britannique ses obligations concernant l'accueil de tous les mineurs du camp qui ont de la famille au Royaume-Uni. Majoritairement originaires du Soudan, d’Afghanistan, d’Érythrée et d’Éthiopie, ils représentent 10 % de la population migrante à Calais d’après France Terre d’Asile.

A Strasbourg, la semaine dernière les eurodéputés ont encouragé la Commission européenne, la France et le Royaume Uni à travailler ensemble pour trouver une solution à long terme. Car avec un démantèlement du camp prévu avant l'hiver, se pose la question de l'orientation de ces mineurs. Ils relèvent de la protection de l’enfance et ne peuvent donc pas être placés en Centre d’Accueil et d’orientation. Ceux qui ont de la famille en Grande Bretagne peuvent eux bénéficier de la réunification familiale prévue par les accords européens de Dublin.

Le gouvernement britannique a donc rapidement confirmé son soutien à la France. Mais les deux pays ne sont pas d'accord sur les chiffres. Bernard Cazeneuve estime que plusieurs centaines de mineurs sont concernés. Pour le Royaume Uni seulement 178 jeunes auraient de la famille de l'autre côté de la Manche. La ministre de l'intérieur britannique a demandé une liste des mineurs concernés. Terre d'Asile a donc dépêché une équipe ce lundi pour effectuer le recensement.

D'autant que les procédures sont bien longues en Grande Bretagne d'après les associations. En effet, la Croix Rouge britannique accuse les autorités de traîner des pieds. Erreurs administratives, manque de personnel. Dans un rapport publié le weekend dernier, l'association a listé toutes les entraves à la prise en charge des mineurs. D'autant que les autorités britanniques jugent souvent les preuves insuffisantes et demandent des tests ADN, alors que ceux ci sont illégaux en France, sans autorisation de la justice.

Cela prend donc en moyenne 10 à 11 mois pour faire venir un mineur au Royaume Uni. Seulement 72 dossiers ont été acceptés depuis janvier. Toujours d'après l'association, au moins trois mineurs qui auraient eu le droit d'entrer en Grande Bretagne pour rejoindre leur famille, sont morts en essayant de traverser illégalement la Manche faute de prise en charge.

Partager sur :