Émissions Toutes les émissions

Tous Européens

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

La Commission européenne veut peser davantage sur la marche du monde

Par le mercredi 14 septembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, devant le Parlement européen à Strasbourg
Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, devant le Parlement européen à Strasbourg - Parlement européen

C'est un exercice calqué sur le discours annuel du président américain au Capitole sur l'état de l'Union: le président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker a présenté ce mercredi 14 septembre à Strasbourg, devant le Parlement européen, sa stratégie pour l'Union européenne.

C'est un rendez-vous politique toujours très attendu et largement commenté. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a prononcé ce mercredi à Strasbourg, devant les eurodéputés, son "discours sur l'état de l'Union". Chaque année, depuis 2010, conformément au Traité de Lisbonne, le président de la Commission présente aux députés la stratégie de son institution.

L'ancien premier ministre du Luxembourg veut changer l'image de son institution auprès des citoyens et jouer un rôle plus "politique". En effet, la Commission européenne est souvent présentée comme une instance technocratique, qui transforme en directives les desiderata des chefs d'état. Jean-Claude Juncker veut redorer le blason de ses commissaires en les envoyant défendre l'Europe auprès des parlements nationaux et des citoyens. Bruxelles ne doit plus servir de bouc émissaire aux chefs d'états. Le président de la Commission a dénoncé à la tribune à Strasbourg "cette vieille rengaine selon laquelle le succès est national et l'échec, européen."

Jean-Claude JUNCKER se dit à l'écoute des citoyens

Il veut aussi donner plus de poids à la Haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères, l'Italienne Frederica Mogherini. Il veut la voir peser davantage dans les discussions sur la Syrie, en véritable chef de la diplomatie européenne.

Renforcer la coopération militaire entre états européens

En matière de sécurité, justement, Jean-Claude Juncker réclame un "quartier général" unique pour les opérations militaires menées par les dirigeants de l'UE. Il veut accélérer le déploiement des gardes-frontières européens. En placer 200 dès le mois prochain en Bulgarie, à la frontière turque.

Concrètement, l'UE doit dépenser aussi plus d'argent pour la recherche militaire. Créer une agence de lutte contre le terrorisme et aussi lancer un système de collecte d'informations sur les voyageurs, copié sur le dispositif américain ESTA.

Combattre le chômage des jeunes

Pour ce qui est de sa stratégie économique, le vocabulaire a évolué. Il n'a pas été question à Strasbourg ce mercredi d'austérité, mais d'investissements, grâce à un fonds qui pourrait atteindre 630 milliards d'euros en 2022.

Parmi les projets de Jean-Claude Juncker, citons enfin la lutte contre la fraude fiscale, le numérique, avec le développement de la 5G et des propositions pour réduire le chômage des jeunes, comme la création d'un "corps européen de solidarité" qui pourrait compter 100.000 volontaires dès 2020. Poursuivre la construction de l'Europe, ne pas la laisser "s'effilocher", ce message a été particulièrement applaudi par les députés ce mercredi à Strasbourg.

revoir le discours de Jean-Claude Juncker et le débat en vidéo grâce à ce lien