Émissions Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

Elections américaines : quelles conséquences sur les relations avec l'Europe ?

Par et le lundi 7 novembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
De notre côté de l'Atlantique, une question : le résultat de la présidentielle va-t-il bouleverser les relations entre Union européenne et Etats-Unis ?
De notre côté de l'Atlantique, une question : le résultat de la présidentielle va-t-il bouleverser les relations entre Union européenne et Etats-Unis ? © Maxppp -

Donald Trump ou Hillary Clinton ? Nous connaîtrons le nouveau président des Etats-Unis dans la nuit de mardi à mercredi, scrutin à l'issue incertaine, les candidats sont au coude-à-coude. Sur le vieux continent, une question émerge : en fonction du candidat élu, quelles conséquences pour l'Europe ?

Donald Trump et Hillary Clinton seront fixés dans quelques heures, et nous avec : nous connaîtrons le nom du nouveau président des Etats-Unis dans la nuit de mardi à mercredi. Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'issue est incertaine, les sondages sont serrés. De notre côté de l'Atlantique, une question : le résultat de la présidentielle va-t-il bouleverser les relations entre Union européenne et Etats-Unis ? Contre toute attente, ça ne va pas changer grand-chose, car quand on y regarde à deux fois : Hillary Clinton incarne grosso-modo la continuité de l'ère Obama, et Donald Trump n'aura probablement pas la marge de manoeuvre nécessaire pour mettre en place ses idées sur l'Europe. Une Europe qu'il ne semble pas porter dans son coeur, les chefs des 28 pays membres le lui rendent bien, ils soutiennent tous sa rivale démocrate, seul le hongrois Viktor Orbán s'est ouvertement déclaré pour le trublion Trump, dont il partage les vues isolationnistes. Et c'est bien là le problème : le milliardaire veut miser à fond sur le protectionnisme, or le libre-échange, c'est l'un des fondamentaux du parti républicain, et ce sera tout bonnement impossible d'aller contre.

Sans le soutien de son parti et du Congrès, Trump a les mains liées

En effet, les forces d'un président américain sont limitées : c'est un chef de guerre, il a beaucoup de pouvoir en politique extérieure, mais en économie, c'est une autre paire de manches. Parmi les propositions-phares, Trump entend renégocier tous les traités pour limiter les importations, de l'ALENA au TAFTA. Evidemment, ça contreviendrait aux règles de l'OMC : qu'à cela ne tienne, le candidat est prêt à quitter l'Organisation mondiale du commerce, il l'avait affirmé dans une interview cet été. Dans ce même entretien, il assurait vouloir rétablir des contrôles aux frontières pour les Français et les Allemands. Mais en réalité, la campagne Trump, c'est plus des voeux pieux et des coups de com' que des mesures faciles à mettre en pratique.

Dans le camp démocrate, Hillary Clinton suscite peu d'enthousiasme, mais elle serait finalement une meilleure partenaire qu'Obama pour l'Europe

En tant qu'ancienne secrétaire d'Etat, l'avocate a déjà un avis bien arrêté sur la question, contrairement au Tafta qu'elle critique dès le deuxième débat après l'avoir longtemps validé. Sur le plan diplomatique, la candidate démocrate est plus interventionniste que Barack Obama, elle collaborerait donc plus volontiers d'égal à égal avec l'Union européenne. Trump, lui, accuse les Européens de coûter fort cher aux Américains via l'OTAN : il parle de la sécurité occidentale comme d'un fardeau trop longtemps supporté par son pays. In fine, ce qui va vraiment changer dans les relations entre le vieux continent et le nouveau monde, ce sera sur le plan symbolique : Obama avait permis de réparer l'image des Etats-Unis auprès des Européens, une image sacrément écornée après 2 mandats de Bush. Si le magnat de la télé-réalité Donald Trump l'emporte, un vent d'anti-américanisme devrait souffler à nouveau en Europe.