Émissions Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

Terrorisme: ni haine, ni peur, mais l'"affront d'être heureux et libre"

Par le jeudi 10 novembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
Antoine Leiris au Conseil de l'Europe
Antoine Leiris au Conseil de l'Europe © Radio France - Anja VOGEL / RADIO FRANCE

"Ni haine, ni peur". La campagne du Conseil de l'Europe contre le terrorisme, inspirée du message d'Antoine Leiris après les attentats du 13 novembre, est relayée via les réseaux sociaux dans les 47 Etats membres. #NoHateNoFear a une résonance particulière en cette veille de commémoration.

Le 13 novembre 2015 Antoine et Melvil Leiris perdaient Hélène, leur épouse et maman , dans l'attentat contre le Bataclan. 3 jours plus tard, le journaliste, ancien chroniqueur culturel à France Bleu et France Info, postait un message sur Facebook: « Vous n'aurez pas ma haine… Vous voulez que j'aie peur, que je regarde mes concitoyens avec un œil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour la sécurité. Perdu. » Et parlant de son fils de 17 mois « …toute sa vie ce petit garçon vous fera l'affront d'être heureux et libre. Car non, vous n'aurez pas sa haine non plus». Devenu le titre d'un livre bestseller, « Vous n'aurez pas ma haine» est repris dans le monde entier, cité régulièrement au Parlement européen et au Conseil de l'Europe, qui s'en est inspiré pour sa campagne "No hate no fear, ni haine ni peur", lancée cet été, relayée dans ses 47 Etats membres notamment à travers les réseaux sociaux.

L'idée n'est pas de les nier, mais d'apprendre à vivre avec, de les transcender

L'organisation paneuropéenne ne cherche pas à s'immiscer dans nos personnalités, nos sentiments. Face au terrorisme, la peur et la haine sont légitimes et justifiées. "Mais si nous laissons la haine et la peur dicter notre conduite, modifier notre quotidien, les terroristes auront gagné, souligne le Conseil de l'Europe. Nous devons résister et défendre encore plus vigoureusement nos principes et nos idéaux". Devant les parlementaires, Antoine Leiris a décrit la peur comme une "musique intérieure qui se nourrit de nos blessures" et de nos fragilités, qu'il faut absolument écouter pour arriver à la comprendre et à la dépasser. Nous ne sommes pas impuissants leur a t-il lancé. Le fait de reprendre une vie normale, d'aller au travail, d'emprunter les transports en commun, de boire un verre sur une terrasse sont des actes de résistance.

Le Conseil de l'Europe dispose par ailleurs de plusieurs instruments juridiques pour combattre le terrorisme

Une Convention pour la prévention du terrorisme y compris sur internet, un Plan d'action sur la lutte contre l'extrémisme violent et la radicalisation, mais toujours dans le respect des droits de l'homme et de l'Etat de droit. D'où les critiques régulières à l'égard de l'état d'urgence permanent en France. "Ce sont ces idéaux qu'il faut mettre en avant face aux islamistes, souligne Antoine Leiris. A ces jeunes qui se font embrigader au motif que notre société ne serait portée que par la consommation et l'individualisme, réaffirmer la beauté de la Convention européenne des droits de l'homm"e, la force de la charte des droits fondamentaux. A la mort, opposer "la liberté, la conscience et la vie, une manière de nous rendre indestructibles".