Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 21h

Près de la moitié des civils tués à Alep sont des enfants
Près de la moitié des civils tués à Alep sont des enfants © Maxppp - Maxppp

Guerre en Syrie: l'Europe impuissante

La ville syrienne d'Alep risque de se transformer en un "gigantesque cimetière" selon l'ONU; 50.000 civils terrifiés ont fui les bombardements. Mais une réunion d'urgence du Conseil de sécurité s'est achevée sans résultat, nouvelle preuve de l'impuissance de la communauté internationale et de l'UE.

Depuis 5 ans et demi cette guerre en Syrie est un révélateur de l'incapacité des Européens à peser sur le règlement des conflits. Les interventions désastreuses en Irak et en Libye ont achevé de les diviser sur la réponse à apporter, 6 Etats de l'Union dont la France participent aux frappes militaires de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique, avec les Etats-Unis et la Turquie, une quinzaine d'autres apportent aide logistique et financière, mais dès le départ ils étaient opposés à toute intervention au sol. Or le régime syrien vient de déployer ses troupes d'élite à Alep-Est pour les batailles de rues, des centaines de soldats déterminées à exterminer les combattants rebelles mêlés aux habitants.

Les échéances électorales paralysent encore plus les dirigeants et empêchent une solution diplomatique

Pendant que le monde attend de savoir ce que fera le nouveau président américain, le Royaume-Uni tente de gérer le Brexit, l'Italie est suspendue au référendum de dimanche, la France est entrée en campagne électorale. Certes elle poursuit les bombardements et a appelé à cette réunion d'urgence des Nations Unies, sans résultat. Laissant la Russie seul maître à bord, avec la Turquie et Damas.

Pourquoi l'Europe est-elle à ce point impuissante et inaudible?

Pour être audible il faudrait qu'elle s'exprime d'une seule voix, or il n'y pas de politique étrangère, ni de défense, ni de sécurité commune: Commission et Parlement sont pour, mais les Etats refusent de partager leurs prérogatives. L'Europe n'a pas de siège unique au Conseil de sécurité des Nations Unies. Cela rend d'autant plus difficile le travail de Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne qui tout en appelant au cessez le feu, débloque aide et moyens financiers, exige des corridors humanitaires, la Russie en accepterait 4, négocie avec l'Iran, l'Arabie saoudite, la Turquie et l'opposition syrienne une solution pour l'après, propose une décentralisation du pouvoir. En attendant les 28 ont reconduit leurs sanctions à l'égard de Damas et de Moscou, et enquêtent sur la violation par des navires russes, passés par Chypre, de l'embargo européen sur les livraisons de kérosène à la Syrie.