Émissions Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 20h02

2.500 Européens sous le drapeau de Daech en Syrie et en Irak

Par le mardi 13 décembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
Image de propagande de Daech en Syrie
Image de propagande de Daech en Syrie © Maxppp - .

En cinq ans, près de 5.000 ressortissants de l'Union européenne auraient rejoint les rangs de Daech ou d'autres organisations islamistes, en Irak et en Syrie. De nombreux sont morts. La moitié serait encore sur place, selon un document publié il y a quelques jours par le Conseil européen.

Près de 5.000 ressortissants de l'Union européenne seraient partis rejoindre Daech ou d'autres organisations islamistes, en Irak et en Syrie. La moitié serait encore sur place, selon un document publié il y a quelques jours par le Conseil européen, qui s'inquiète aujourd'hui de les voir revenir.

2.000 à 2.500 Européens séjourneraient actuellement en Irak et en Syrie sous la bannière noire de Daech, selon le dernier rapport de Gilles de Kerchove, le coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme. On compte aussi de nombreux décès: 15 à 20% des jihadistes européens auraient perdu la vie dans les combats.

Le flux des départs se réduit

Les départs vers ces deux pays en guerre se font plus rares actuellement, en raison, sans doute, des revers subis par l'organisation terroriste. Il est aussi plus difficile de traverser la frontière turque. Du coup, Daech incite maintenant ses sympathisants à se manifester dans leur pays d'origine, sans se déplacer.

Près de 1.700 Français seraient partis en Syrie ou en Irak. Les Allemands, eux, seraient près de 900, les Britanniques, 850. Avec près de 500 jihadistes pour un pays de 11 millions d'habitants, les Belges sont proportionnellement les plus nombreux à s'être engagés. Les diplomates belges en poste en Turquie ou au Liban reçoivent actuellement des appels de mères de famille coincées en Syrie avec leurs enfants, qui sollicitent leur aide pour rentrer.

Un jihadiste sur cinq, voire un sur trois, serait revenu dans l'Union européenne, discrètement parfois, camouflé en migrant. Les services anti-terroristes craignent que ces extrémistes importent de nouveaux modes d'action, comme les voitures piégées.

De nombreux enfants embrigadés par Daech

Le retour des enfants-soldats les inquiète également les enquêteurs de l'agence Europol et leurs collègues des différents états européens. 400 petits Français se trouveraient en Irak et en Syrie. "De véritables bombes à retardement", pour le procureur de Paris, François Molins.

Comment, aussi, s'assurer que les "revenants", comme on les appelle maintenant, ont tourné la page? Le Danemark aide les proches à garder des liens avec les jihadistes partis au loin et propose des programmes de réhabilitation. L'Italie et l'Espagne ont pour habitude de négocier avec les repentis du terrorisme et du crime organisé. La France, la Belgique ou la Grande-Bretagne privilégient plutôt la case "prison", faute d'alternative.