Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 20h02

L'encellulement individuel contre la surpopulation carcérale

A Fresnes, l'allée centrale se divise en trois divisions perpendiculaires où se répartissent les cellules

Tous Européens du mardi 20 septembre 2016

Par

Chaque année la France est montrée du doigt par le Conseil de l'Europe pour la situation dans ses prisons. Afin de lutter contre le surpeuplement carcéral, le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas propose un ambitieux plan de construction de cellules, estimé à 1,1 milliard d'euros.

L'encellulement individuel contre la surpopulation carcérale

"Une société se juge à l'état de ses prisons" disait Albert Camus. "Nos prisons annoncent les malheurs de demain" a même rajouté le garde des Sceaux en présentant son programme pour en finir avec la surpopulation carcérale. En sachant que la priorité du ministre n'est pas de réduire le nombre de personnes en détention préventive, comme l'Europe nous incite à le faire depuis longtemps. Non Jean-Jacques Urvoas a décidé de construire de nouveaux établissements... Un programme immobilier, qui permettra explique-t-il de construire mieux et autrement.

Etendre l'encellulement individuel

Ce principe est inscrit dans le code pénal depuis 1875 mais il n'a jamais été pleinement mis en oeuvre. Surtout pas dans les maisons d'arrêt qui concentrent les détenus provisoires et les condamnés à de courtes peines: En juillet nous avons enregistré un nouveau record, 69.000 personnes incarcérées pour 58.000 places, un peu plus d'un tiers bénéficiaient d'une cellule individuelle. Jean-Jacques Urvoas veut passer à 80% et demande 1,1 milliard d'euros pour commencer les travaux. En attendant la France reste à la 7ème place sur les 47 du continent européen en terme de surpeuplement, est régulièrement épinglée par la Cour des droits de l'homme pour traitements dégradants des détenus. Et pour le nombre très inquiétant de suicides.

Cette situation compromet évidemment l'objectif de réinsertion des détenus

Conjuguée à la vétusté de beaucoup d'établissements, elle est à l'orgine de tensions et de violences entre détenus et envers les surveillants. Le ministre de la Justice dit vouloir mettre en avant le respect de la dignité des conditions de détention mais aussi la lutte contre la radicalisation, particulièrement importante dans les prisons françaises. Les cellules individuelles seraient l'un des outils contre le basculement vers le fanatisme et le prosélytisme terroriste. A condition d'accompagner les détenus notamment les plus fragiles, de permettre leur retour vers la société, d'investir dans les personnels et dans la prévention, de développer les alternatives à la prison, la probation, le bracelet électronique, la libération conditionnelle automatique, la dépénalisation de certains délits. Mais dans le climat sécuritaire actuel, on assiste au contraire à un durcissement et un allongement des peines.

Partager sur :