Émissions Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

L'Amérique met l'Europe au défi

Par le mardi 31 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
L'Amérique met l'Europe au défi
L'Amérique met l'Europe au défi © Maxppp - Maxppp

Décret anti-migrants, magistrat anti-IVG, défenseur du port d'armes individuelles à la Cour suprême, attaques contre l'Allemagne: la nouvelle administration Trump multiplie décisions et déclarations qui suscitent l'indignation et poussent l'Europe à réagir: elle pourrait même en sortir renforcée.

Se renforcer ou se déliter, voilà le choix qui s'offre à l'UE, depuis le Brexit et plus encore depuis l'entrée en fonction fracassante de Donald Trump. Ses déclarations provocatrices, ses railleries, ses critiques à l'encontre de l'Allemagne et même de l'Otan qualifiée d'obsolète, sont "inquiétantes", constituent une menace pour l'Europe, rendent notre avenir hautement imprévisible, et obligent l'UE à prendre des mesures "affirmées et spectaculaires". C'est le président du Conseil européen Donald Tusk qui l'écrit aux 27 chefs d'Etat et de gouvernement qui se retrouveront vendredi à Malte, sans le Royaume-Uni, pour parler justement de l'avenir de l'Union.

En sachant que des crises, l'Europe en a déjà connu... et surmonté beaucoup

Comme si l'Europe, née de la guerre, avait besoin d'être dos au mur pour avancer. Et bien plus que les Britanniques ce sont souvent les Français qui les ont décelenchées, en refusant l'Europe de la défense, en pratiquant la politique de la chaise vide: de Gaulle a même fait croire que nous étions prêts à quitter le Marché commun pour empêcher une fédération, avant le non à une Constitution européenne. Il y a eu la réunification, la guerre dans les Balkans, l'Irak avant la Syrie, la crise financière et la dette grecque. L'Europe se fera dans les crises et elle sera la somme des solutions apportées à ces crises disait Jean Monnet. Les Britanniques ont décidé de partir, ils choisiront peut-être un jour de revenir.

En attendant ils préparent leurs futurs accords commerciaux, avec les Européens d'un côté et les Etats-Unis de l'autre

On peut compter sur Michel Barnier, le M. Brexit de la Commission pour négocier fermement comme il l'avait fait pour superviser les banques et mieux protéger les contribuables. Le départ du Royaume-Uni et l'arrivée de Donald Trump faciliteront la mise en place de notre propre politique de sécurité. Il faut que les Européens resserrent les rangs vite", car en cela "Trump peut être une opportunité pour l'Europe, souligne Pierre Moscovici, l'actuel commissaire européen. Celle du sursaut, de la relance. A condition d'être solidaire dans la crise des migrants, comme à l'époque pour la politique agricole commune. Et Donald Tusk de reprendre la devise des Américains: l'union fait la force, ou littéralement "unis nous sommes debout, désunis nous tombons".