Le marché de l'auto repart en Europe

"Où est ma voiture ? "

Émission 

Alors que le Salon de l'Auto se tient en ce moment à Genève, les professionnels sont optimistes. Après des années de crise, le marché européen reprend du poil de la bête. Par Magali Fichter

Au Salon de l'Auto de Genève, où l'on attend 700 000 visiteurs, l'ambiance tranche avec la morosité de ces dernières années. Entre les berlines de luxe et les nouveautés technologiques, comme les voitures sans chauffeur, les constructeurs soufflent un peu après six ans de crise. Le marché européen a progressé de près de 6% en 2014 et presque un million de voitures ont été vendues l'année dernière dans l'Union.C'est surtout en Italie et en Espagne que la hausse a été la plus spectaculaire, mais la France n'est pas en reste. PSA réduit fortement ses pertes. Renault, qui triple son bénéfice, a annoncé 1000 embauches en CDI le mois dernier.

Les Allemandes ont toujours la côte

Nos voisins outre-Rhin restent les premiers vendeurs automobiles d'Europe. Volkswagen, notamment, a réalisé des performances record cette année avec plus du quart du marché européen, et pourrait bien détrôner le géant mondial Toyota. Les constructeurs se frottent aussi les mains parce qu'avec la chute du cours du pétrôle, ils peuvent espérer, au moins à cours terme, continuer à vendre des voitures, et notamment des 4X4 citadins qui sont très à la mode mais qui consomment beaucoup. Evidemment, cela se fait au détriment des modèles moins gourmands en carburant, comme les véhicules électriques.

Un optimisme prudent

Carlos Ghosn, le PDG de Renault Nissan, le dit : "l'Europe ne croît pas, elle remonte la pente". Avant la crise, en 2007, les ventes de voitures dans l'Union représentaient 20% de plus qu'en 2014. Et certaines entreprises sont quand même à la peine.Opel, par exemple, ainsi que les antennes européennes de General Motors et Ford, subissent l'implosion du marché russe à cause du conflit en Ukraine. La situation reste fragile en Europe. Pour 2015, les spécialistes tablent sur une croissance douce des ventes automobiles, entre 2 et 5%.

Partager sur :