Émissions Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 20h02

2min

Diesel : la France veut montrer l'exemple

Par le jeudi 15 octobre 2015
Podcasts : iTunes RSS
L'actualité européenne.
L'actualité européenne.

La France est-elle entrain de lâcher le diesel? En plein scandale Volkswagen et alors que l'on approche de la COP21, le gouvernement a décidé de supprimer progressivement l'avantage fiscal accordé au gazole, qui va coûter plus cher, pour se rapprocher petit à petit du prix de l'essence.

La France n'est pas le plus mauvais élève européen en matière de diesel, même si elle l'a toujours soutenu, dès l'après-guerre, par des allègements fiscaux accordés aux agriculteurs et aux transporteurs, en incitant à rouler au gazole, en encourageant les industriels à développer les moteurs diesel. Aujourd'hui ils constituent 59% du parc automobile, dont quasiment tous les véhicules utilitaires, alors que la moyenne européenne est à 52%. Mais plus encore que les Français, les Grecs, les Espagnols, les Luxembourgeois et surtout 71% des Irlandais roulent au diesel. Contre 22% des Néerlandais.

Et pourtant ce n'est pas en Irlande que le diesel est le moins cher.

Il y coûte un peu moins d'un euro 20 le litre, la moyenne européenne; c'est plus qu'en France ou en Allemagne. Mais beaucoup moins qu'au Luxembourg où le diesel est à moins d'un euro. A l'opposé le Royaume-Uni affiche les prix les plus élevés: 1,50 euro le litre: le diesel y est au même prix que l'essence.Le Royaume-Uni a en effet la plus forte fiscalité, elle représente plus de deux tiers du prix. En France le diesel est taxé 56%, l'essence à 63%, ce qui fait une différence de 20 centimes par litre.

Et c'est justement cette différence que le gouvernement veux aujourd'hui réduire.

En relevant le prix du diesel tout en abaissant celui de l'essence, ce qui va lui permettre d'engranger plus de TVA, et de pousser les automobilistes à choisir des voitures moins polluantes. Pour la santé, pour l'environnement. Ce que Bruxelles demande depuis longtemps. Avant la réunion de la COP21, la France veut montrer l'exemple. En sachant que dans tous les pays européens, le diesel est moins taxé que l'essence. Et que malgré le scandale des logiciels truqués de Volkswagen, les Etats membres sont très réticents à adopter des règles et des contrôles plus stricts.