Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 20h02

Londres pourrait perdre deux agences européennes

Deux grandes agences européennes pourraient quitter Londres avec le Brexit

Tous Européens du jeudi 27 octobre 2016

Par

Le Brexit pourrait vider Londres de nombreux experts de la pharmacie et des finances. Deux agences de l'UE, l'Autorité bancaire européenne et l'Agence européenne du médicament, sont implantées à Londres. Si la Grande-Bretagne quitte les 28, elles vont devoir déménager.

Londres pourrait perdre deux agences européennes

Le Premier ministre, Manuel Valls vient d'écrire très officiellement aux grandes institutions européennes pour manifester l'intérêt de la France pour ces deux prestigieuses agences londoniennes, l'Autorité bancaire européenne et l'Agence européenne du médicament, si la Grande-Bretagne quitte l'Union européenne.

L'Autorité bancaire européenne pourrait s'installer à La Défense, à Paris, un quartier déjà largement dédié à la finance. D'autres grandes villes sont sur les rangs, comme Francfort, autre place financière de poids, Madrid, Vienne, en Autriche, Milan, Dublin et Amsterdam. L'Autorité bancaire européenne, c'est le gendarme des banques. Elle a été créée en 2010 et emploie 160 personnes.

Des agences très désirées

L'Agence européenne du médicament, elle est très courtisée aussi. Neuf villes espagnoles, déjà, ont fait savoir qu'elles comptaient sur le soutien de leur gouvernement, dont Barcelone, Malaga et Alicante. Milan, Stockholm, Copenhague, Varsovie la veulent aussi.

Plusieurs grandes villes françaises se sont portées candidates, comme Lille, Lyon et Toulouse. Strasbourg est également sur les rangs. La capitale alsacienne, siège du Parlement européen, avance un atout de taille: la "Pharmacopée", la Direction européenne de la qualité du médicament.

Cette instance strasbourgeoise veille sur la sécurité des médicaments dans les 47 pays du Conseil de l'Europe, à travers tout un réseau de laboratoires. Elle élabore des normes internationales en matière de dons d'organes et de transfusion du sang. Ce serait un voisin idéal pour l'agence du médicament. Agence qui drainerait logiquement dans son sillage toute une flopée de sociétés pharmaceutiques établies pour le moment à Londres.

Des centaines de fonctionnaires devront déménager

L'agence européenne du médicament existe depuis 1995. Elle fait travailler près de 500 personnes ainsi que de très nombreux experts. Elle contrôle la mise sur le marché de nouvelles molécules. Ce sont les gouvernements des 27 qui choisiront ensemble les nouvelles implantations. Plusieurs petits pays qui n'accueillent aucune agence aimeraient être servis mais Chypre ou la Roumanie attirent peu les chercheurs et les experts en finance. Les fonctionnaires européens employés dans ces deux agences préfèreront peut-être quitter leur institution pour rester à Londres ou dans un pays proche.

Et puis la Grande-Bretagne n'a pas encore quitté officiellement l'UE.... Le Premier ministre britannique, Theresa May, doit théoriquement lancer les premières démarches de sortie de l'UE d'ici fin mars.

Partager sur :