Toutes les émissions

Tous Européens - Anja Vogel

Du lundi au vendredi à 21h

© Maxppp - Vincent Isore

Diesel et pollution: l'Europe indulgente avec les fabricants

Diffusion du jeudi 4 février 2016 Durée : 2min

Polluer plus pour polluer moins, un jour, peut-être: le Parlement européen fait volte-face. Il y a quelques semaines encore, il réclamait une autorité de surveillance pour contrôler les émissions des véhicules automobiles. Et voilà que maintenant il autorise les constructeurs à polluer davantage!

Petit retour sur le scandale Volkswagen: on se souvient que les résultats des tests effectués en laboratoire étaient nettement plus favorables aux véhicules diesel que les mesures en conditions réelles, sur route. D'où le tollé mondial contre les moteurs truqués du constructeur allemand. En réponse, la Commission européenne a décidé de revoir les procédures d'homologation. Pour laisser aux ingénieurs le temps de se retourner, Bruxelles a décidé d'assouplir les normes d'émission, jusqu'en 2023. Les fabricants pourront dépasser les plafonds de 110% en 2017, puis de 50%, en 2019. Cette indulgence agace la ministre française de l'environnement, Ségolène Royal, et avec elle une bonne partie des eurodéputés.

Une majorité de députés, cependant, a soutenu ce mercredi 3 février 2016 la position de la Commission européenne (323 députés contre 317, 61 abstentions). Elle veut donner aux constructeurs un cadre juridique clair, pour qu'ils puissent investir sereinement dans de nouvelles technologies plus propres.

Pour les députés écologistes, au contraire, accorder un délai supplémentaire aux fabricants pour réduire les émissions d'oxyde d'azote est une erreur. Leurs collègues, disent-ils, eux aussi, ont "succombé aux sirènes des lobbies". Ils demandent à la ministre de l'environnement de saisir la Cour de Justice de l'Union européenne, pour faire respecter les normes en vigueur actuellement.

Le Parlement enquête sur le dieselgate

Le Parlement européen a constitué il y a deux semaines, le 21 janvier 2016, une commission d'enquête sur le scandale Volkswagen. Elle doit préciser comment les fabricants ont pu violer impunément les règles de l'UE. Elle a un an pour rendre son rapport.

De son côté, la Commission européenne réclame plus de pouvoirs. Elle veut contrôler elle-même les homologations de véhicules et sanctionner les contrevenants, une prérogative qui appartient pour le moment aux états. Il va falloir convaincre et les différents gouvernements et les grands groupes industriels. En attendant, la pollution de l'air tue 430.000 Européens chaque année.